Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

Une ambition intime
M6

 

L'intime mis en scène



Évaluation Une ambition intime

“ Rencontres intimes du 6ème type ”

Une ambition intime est diffusée sur M6 pour la première fois le 9 octobre 2016. Produite et présentée par l’animatrice de L’amour est dans le pré, cette émission a pour ambition de présenter les hommes et femmes politiques sous angle plus humain. 

Autour d’une série de portraits (quatre par émission), Karine Lemarchand indique vouloir créer une proximité entre le public et les candidats à l'élection présidentielle. L’accueil de l'émission s'avère contrasté et les critiques vives dans la sphère médiatique et politique. Son audience est globalement satisfaisante, oscillant entre 2,5 et 3 millions de téléspectateurs...

2/5

Animation / Conduite

Orientation du programme l Qualité de la langue l Distribution de la parole l Neutralité l Tonalité et esprit véhiculé

Un style ambigu qui divise

Karine Lemarchand a un style très personnel. Elle avoue sans complexe ne pas être une spécialiste de la vie politique. Le contraire nous aurait étonné mais Karine Lemarchand se fiche pas mal des critiques allant même jusqu’à revendiquer sa candeur.

Spécialiste de l’interview sans filtre, du ton libre flirtant souvent avec la familiarité (voire parfois à la vulgarité) se laissant même aller à quelques larmes, l’animatrice n’a pas la langue dans sa poche. Et dans le genre de la fille naturelle en position d'ambiguité et ou de séduction, il n'y a pas à dire, elle excelle. Néanmoins, la présentatrice ne charme pas tous les téléspectateurs...

Dans le genre de la fille naturelle en position d'ambiguité, il n'y a pas à dire, elle excelle.

Percer les secrets des politiques avec M6...

Parler de société et d’humain plutôt que de politique, c’est le leitmotiv de Karine Lemarchand. Elle pense d’ailleurs être la seule à pouvoir faire parler ceux qu'elle surnomme « les taiseux ». Les amener à la confession pour que le public puisse mieux sonder ce qui anime l'âme de nos politiques.

Selon cette conception, il serait plus pertinent de savoir si un homme ou une femme politique sera « courageux » « déterminé » plutôt que de juger la profondeur et la viabilité d’un programme.

Car oui, comme chacun sait, l’élection présidentielle est une élection à dimension affective ; l’animatrice ne manque pas de le rappeler pour légitimer l’utilité de son émission. Karine Lemarchand serait donc l’unique personne, en France, à nous permettre de percer les secrets de nos politiques avant de choisir notre représentant(e) pour les 5 prochaines années...

Alain Juppé sur le canapé des confidences

De la proximité à la connivence

Karine Lemarchand aime la proximité, l’humain et après tout rien ne nous permet de le lui reprocher. Mais peut-on recueillir les propos d’anonymes, dans une émission de télé réalité, de la même manière que ceux d’hommes et de femmes briguant un mandat à la fonction suprême de notre pays?

Affalée dans un canapé ou tenant lascivement un verre de grand cru Bordelais, l'animatrice s’esclaffe de ce rire puissant et sonore qui la caractérise, dès lors qu'une indiscrétion s'invite dans l'échange. Cette mise en scène peut mettre mal à l’aise car si le téléspectateur peut admettre son goût pour la contiguïté, il est plus difficile d'adhérer et de défendre la connivence affichée.

3/7

Contenus / Apports

Descriptif et traitement des sujets l Cohérence globale l Apports en termes de connaissance(s), de réflexion, de citoyenneté

Ce nouveau concept de M6 place l’intime au cœur du débat politique et mise sur les confessions des neuf présidentiables pour nous amener à voir l’homme (ou la femme) censée se cacher derrière l'animal politique. Un pari risqué et une proposition mince que certains jugent même dangereuse...

Au sommaire : indiscrétions, apéro et ricanements

Karine Lemarchand avait prévenu tout le monde : Une ambition intime sera une émission avec des politiques dans laquelle on ne parle pas de politique. Cela peut faire sourire mais il s’agit pourtant de la stricte vérité. Ses invités arrivent dans un lieu soigneusement choisi et décoré par la production. Un loft industriel pour Mélenchon, un immeuble Haussmannien pour Sarkozy pour ne citer qu’eux.  

Un loft industriel pour Mélenchon, un immeuble Haussmannien pour Sarkozy...

Au mur, des objets évocateurs, des photos de famille, des petits clins d’œil  dissimulés ci et là. Le tout étant sensé représenter au mieux le candidat invité. C’est donc dans un endroit créé à leur image, dans une atmosphère intime et familière que les candidats à la présidentielle vont se livrer sans fard. Avant de commencer, l’animatrice propose à ses hôtes de quoi se sustenter : la encore rien n’est laissé au hasard, chacun a le droit à sa boisson préférée, à sa pâtisserie favorite etc… 

Vient ensuite le moment de se nommer. Doivent ils s’appeler par leurs prénoms ? Par leurs noms de famille précédés d’un conventionnel Monsieur, Madame ? Le suspens est insoutenable.  La plupart, surement dans un souci de parfaire leur image, acceptent que Karine les appelle Alain ou François

Karine Lemarchand et Nicolas Sarkozy

Ici pas de sujets qui fâchent. Karine Lemarchand veut qu’ils se lâchent et jure que les conseillers en communication des candidats n’interviennent pas. Vous n’entendrez pas parler du chômage, de dette publique ou d’immigration, ce n’est pas le but de cette émission.  Et quand l’animatrice s’essaye à « attaquer » Marine le Pen, en lui lançant un «  et si vous êtes élue je devrais quitter la France ? » on comprend que la politique c’est vraiment pas son truc.

Dans Une ambition intime, on parle volontiers enfance, trauma(s), cuisine, jardinage, astrologie... On aborde aussi des questions de sexualité, de scandale, d’amour et de trahison. Si quelques larmes sont versées aux moments les plus personnels, c'est encore mieux.

Dans Une ambition intime, on parle volontiers enfance, trauma(s), cuisine, jardinage, astrologie...

Marine Le Pen : Une participation qui suscite la polémique

La participation de Marine Le Pen lors du premier numéro a suscité de vives réactions. Accusée de complaisance excessive, Karine Lemarchand s’explique : "Il faut dédiaboliser le FN pour qu’il ne soit plus marginalisé et convoité de la sorte". Soit.

Néanmoins, il semble plus discutable de présenter cette personnalité d'extrême droite d'une façon aussi sympathique tandis que le parti qu'elle représente affiche des idées ouvertement populistes et considérées par beaucoup comme dangereuses...

2/3

Réalisation / Montage

Qualité de la réalisation, du montage l Rythme impulsé l Pertinence des reportages et extraits l Habillage visuel et sonore

Avant de nous pencher sur ces deux points il est important de souligner que le tournage de chaque interview dure  environ cinq heures mais seules trente minutes sont présentées à l’antenne. Cela induit un travail drastique de montage pour ne conserver que ce qui séduira les téléspectateurs.

"Les candidats ne peuvent pas s’empêcher de parler politique" semble regretter Karine Lemarchand et précise que, d’emblée, il faut couper une heure trente pour ne retenir que le coeur de l'intime. Le temps, selon elle, que ses invités se détendent et soient dans de bonnes conditions pour parler « vrai ». Pour favoriser cet espace de confidence, l’animatrice dit également placer les caméras très loin pour que ses invités finissent par les oublier.

La réalisation et le montage sont soignés, du moins très travaillés. Comme beaucoup d'émissions sur M6, tout est dans la surenchère émotive. Entre la musique et l’utilisation abusive de fondus enchaînés le tout est très tire larme et manque totalement d’authenticité.

Chaque interview dure  environ cinq heures mais seules trente minutes sont présentées à l’antenne

2/5

Impression générale

Atmosphère l Ambiance l Fluidité l Objectivité du programme l Eveil, élévation l Respect du téléspectateur

La peopolitique

Avec une ambition intime la politique spectacle atteint son paroxysme. Même si la plupart s’insurgent il n’en reste pas moins que cette émission contribue largement à l’appauvrissement du débat politique. Au lendemain de la participation de François Fillon, on ne parlait d’ailleurs que d’une seule chose : le nombre de demande en mariage que sa fille Marie aurait reçu après son intervention. Ça laisse rêveur…

Un peu de pudeur s’ils vous plait

«  Je n’ai pas l’intention d’être impudique » lance Alain Juppé au début de son interview.   Comme la plupart de ses adversaires le maire de Bordeaux se refuse à tomber dans l’indécence.  Dans une période de grande misère sociale où les français attendent de leurs politiques une conduite irréprochable,  l’indécence est en effet à proscrire. Mais accepter de participer à cette émission n’est il pas, de fait, inconvenant ?

Peut on parler de politique autrement ?

Il est possible de penser, de parler, d’évoquer, de critiquer la politique autrement que par les sempiternelles interviews. De nombreux documentaires évoquent le parcours mais aussi la vie privée de certains hommes politiques. Car il reste intéressant de comprendre ce qui peut animer une telle vocation. Celle de briguer le poste le plus important d’un Etat.

Certains, comme Gérard Miller par exemple, le font avec brio. Dans ses films, il s’autorise à parler de politique de manière très libre et personnelle. Par le prisme de la psychanalyse, il décortique la vie privée et le parcours politique de Nicolas Sarkozy, DSK et Ségolène Royal. Preuve qu’il est possible de comprendre et d’évoquer l’Homme qui se tient derrière le politique sans tomber dans l’impudence et le spectacle.

Par Chloé Pangrazzi
Culture, images et nouveaux médias

Evaluation finale

Les Plus


Emissions bien préparées

Réalisation soignée

Les Moins


Confusion des genres

Complaisance et connivences

L'inutile position de séduction

La note finale
9/20
Note finale de la rédaction
Les internautes
1/20
Moyenne des 1 note(s) d'internautes
Votre note
/ 20