Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

Vivement la télé - Vivement dimanche prochain
France 2

 

Nouvelle version

 

18ème saison non-stop



Évaluation Vivement la télé - Vivement dimanche prochain

“ La télévision hors du temps ”

Après 18 ans de présence dominicale ininterrompue sur France Télévision, Michel Drucker a plongé ses fans dans la plus grande détresse en juin 2016. Ils ont vite été rassurés: l’arrêt brutal de Vivement dimanche n’était en fait qu’une grossière manipulation de grille, puisque le programme, scindé en deux parties, permet encore aujourd’hui au pape de la télévision française de jouer les prolongations.

Avec un record d’audience qui datait de 2009 (5 millions de téléspectateurs lors de la venue de Jacques Chirac), Vivement dimanche, et son extension (Vivement dimanche prochain), étaient en perte de vitesse constante depuis plusieurs saisons. Remplacé deux mois plus tard par Vivement la télé, consacrée à l’actualité de la télévision, et Vivement dimanche prochain, dont le fond n’a guère évolué, l’inamovible rendez-vous de Michel Drucker, quel que soit son nom ou son horaire, n’a pas réellement réussi à renaître de ses cendres.

3/5

Animation / Conduite

Orientation du programme l Qualité de la langue l Distribution de la parole l Neutralité l Tonalité et esprit véhiculé

50 ans de carrière: du sport au divertissement

On ne présente plus Michel Drucker. On l’admire, ou on l’évite. En fonction de son âge, et de ses centres d’intérêt. Difficile néanmoins de ne pas respecter sa carrière, débutée en 1964 à l’ORTF comme reporter et commentateur sportif. Définitivement tourné vers le divertissement depuis 1975, les plus anciens se souviendront des Rendez-vous du dimanche, de Champs Elysées, ou de ses passages sur les ondes de RTL et Europe 1.

Jugé “has been” pour le service public en 1990, il a rebondi sur TF1 jusqu’en 1994, avant son retour en grâce sur France 2, qu’il n’a plus quitté depuis. Après avoir animé Studio Gabriel jusqu’en 1998, ainsi qu’une multitude d’émissions ponctuelles, il s’est imposé comme le remplaçant naturel de Jacques Martin, avec Vivement Dimanche.

Une bienveillance anachronique

Un parcours de plus d’un demi-siècle, que l’animateur analyse à grand renfort d’anecdotes dans son spectacle (Seul… avec vous), et dont la longévité est synonyme de professionnalisme. Passé du gendre idéal au grand-père attentionné, Michel Drucker, c’est avant tout un rire caractéristique, moqué pendant de longues années par les Guignols, et un sourire inamovible, en toutes circonstances.

Une bienveillance qui, certes, collait à merveille aux années 80, mais parait désormais trop complaisante à l’heure où seul le lynchage et l’humiliation sont gages d’audience. Jusqu’au rythme de son phrasé, et au ton d’instituteur des années 50, Michel Drucker s’adresse aujourd'hui plutôt aux générations qui l'ont accompagné tout au long de sa carrière. 

Sur le plateau de Vivement Dimanche, on y vient pour écouter Michel, sagement installé dans son fauteuil rouge. C’est le prix à payer, l’étape incontournable des campagnes de promotion, le “one man show Drucker” et son tutoiement sélectif. C’est là qu’on lance, ou qu’on lance ou relance, indéfiniment, sa carrière...

4/7

Contenus / Apports

Descriptif et traitement des sujets l Cohérence globale l Apports en termes de connaissance(s), de réflexion, de citoyenneté

Vivement la télé: l’autopromo à bon dos

Le titre de cette première partie n’a malheureusement rien de plus original que son contenu. Consacré à l’autopromotion des programmes de France Télévision les premiers mois, Vivement la télé reprend le concept du Tube sur Canal+, à l’aide d’interview, reportages, de coulisses et de making off.

Debout devant un écran géant, Michel Drucker y reçoit des acteurs, des journalistes ou des personnalités du service public. Les audiences basses l’ont poussé rapidement à ouvrir son émission à toutes les chaînes, et à reprogrammer le rendez-vous de 16h25 à 17h30 (au lieu de 18h50), replaçant Stade 2 à un horaire plus habituel.

Une pluralité qui a toutefois ses limites, puisqu’au cours de ces dernières semaines, mis à part le dinosaure Jean-Pierre Pernaut, Vivement la télé a reçu Mireille Dumas pour la réalisation d’un documentaire sur Jean-Christophe Averty et les comédiens de Box27, deux programmes diffusés sur France Télévision, ainsi que et les soeurs Goitschel pour lancer Stade 2. Citons comme autre exemple Faustine Bollaert, présentatrice sur M6, certes, mais surtout ancienne co-animatrice de Vivement dimanche.

Deux rubriques sont également à retrouver durant l’heure d’émission : Le rétroviseur et ses images d’archives… de Michel Drucker, et la météo des Bodin’s, une sorte de zapping présenté par la réincarnation des Vamps sur fond de rires enregistrés, comme savait si bien (et mieux) le faire, Benny Hill.

Vivement dimanche prochain : la bande à Michel

Vivement dimanche prochain fait la part belle à un invité culturel et populaire dont les souvenirs et surtout l’actualité sont passés au crible. L’heure du grand copinage par excellence, dans une ambiance convenue peu propice aux coups de gueule et aux révélations.

Sur le traditionnel canapé rouge, on retrouve les visages familiers qui semblent tourner en boucle sur les plateaux de Michel Drucker comme Charles Aznavour, André Dussollier, Pascal Obispo ou encore Arielle Dombasle.

La dernière partie du programme est enfin animée par la bande d’humoristes de Michel Drucker, comprenez, tous ceux qui, à un moment donné de leur carrière lui ont été redevables. D’Anne Roumanoff à Arnaud Tsamère, en passant par Ben, Oliver de Besnoit, Eric Antoine, Les Chevaliers du fiel ou Mathieu Madénian, sans oublier Laurent Gerra lorsque son emploi du temps lui permet.

Face à un public qu’il convient ni de choquer, ni de perturber, ces artistes souvent talentueux au demeurant restent la plupart du temps sur leur réserve. Qu’importe, l’essentiel pour chacun d’entre eux est d’abord d’amuser le doyen de la maison…

2/3

Réalisation / Montage

Qualité de la réalisation, du montage l Rythme impulsé l Pertinence des reportages et extraits l Habillage visuel et sonore

Enregistrées sur le même plateau dans la foulée tous les mercredis après-midi, Vivement la télé et Vivement dimanche prochain sont deux soeurs siamoises à plus d’un titre: le générique est identique, tout comme le cérémonial d’accueil des chroniqueurs et des invités (qui apparaissent inlassablement en fond de plateau via une gigantesque porte coulissante).

Aucun habillage musical ne vient égayer le programme, auquel assiste l’un des publics les plus disciplinés de la télévision française. Le manque de rythme est flagrant, voire soporifique: une bonne couverture sur les pieds, et rien ne viendra perturber votre sieste du dimanche après-midi.

2/5

Impression générale

Atmosphère l Ambiance l Fluidité l Objectivité du programme l Eveil, élévation l Respect du téléspectateur

Une impression de déjà-vu (et revu) plane sur Vivement la télé et Vivement dimanche prochain. Fortement perturbée par les incessants changements de formats et d’horaires depuis la rentrée, l’émission à deux têtes a tenté de faire du neuf avec du vieux, sans y parvenir.

Le concept a vécu, tout comme son animateur, dont la tendance à faire passer la promotion avant le divertissement n’est plus en adéquation avec l’objectivité et le respect des téléspectateurs; autant de valeurs qui ont pourtant largement contribué à la longévité de sa carrière.

Par Bruno Scappaticci
Sport, divertissement et musique

Evaluation finale

Les Plus

La bienveillance de M. Drucker

Le ton calme et apaisé

Les Moins

Beaucoup de connivences

Peu d'esprit critique

La note finale
11/20
Note finale de la rédaction
Les internautes
8/20
Moyenne des 1 note(s) d'internautes
Votre note
/ 20