Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

TPMP : L’homophobie à la sauce Hanouna


En décodé [ Le bureau des vérifs ]

TPMP : L’homophobie à la sauce Hanouna

Pour ce nouveau volet du Bureau des vérifs, nous nous sommes penchés sur la question de l’homophobie au sein de Touche Pas à Mon Poste (C8).

La sulfureuse émission de Cyril Hanouna subit le plus de critiques autour de la relative médiocrité de son contenu. Faiblesse de la réflexion, déchainements pulsionnels, agressivité des échanges… Les motifs de mécontentements ne manquent pas et font régulièrement l’objet de plaintes auprès du CSA.

Néanmoins, il convient d’ajouter, à cette liste déjà bien fournie, un nouvel élément assez peu glorieux : l’homophobie latente ou explicite. L’association des journalistes LGBT (Lesbiennes, Gays, Bi et Trans en France) a réalisé une enquête sur une durée de 5 semaines en novembre 2016. Selon celle-ci, près de 70 allusions obscènes et ou dégradantes ont été relevées sur cette période.

Strip tease gay réalisé à la demande de l'animateur. Ricanements dans l'assistance et dans le public...

Nous les avons classées par thèmes en indiquant la portée du sous-entendu associé à chacune des remarques et réflexions…

Homosexualité et inceste

L’essentiel des blagues, ricaneries, et remarques homophobes se concentrent autour du chroniqueur Matthieu Delormeau. Il revendique son homosexualité et, le moins que l’on puisse dire, est qu’il est le plus souvent réduit à celle-ci.

23 novembre :  Matthieu Delormeau exprime son désir d’enfant(s)...

 J’aimerais bien un garçon pour pouvoir lui transmettre mes passions, tout ça
Alors vaut mieux une fille!

        répond Capucine Anav  / L'ensemble des chroniqueurs et une partie du public s'esclaffent

> Le message peut-être entendu de 2 manières : l’homosexuel transmet à son garçon sa sexualité (déviante) voire pratique l’inceste avec celui-ci ; il vaut donc mieux qu’il ait une fille.

Pratiques sexuelles des gays

21 novembre : Cyril Hanouna à Matthieu Delormeau : « ça a abouti ce week-end ? » M. Delormeau : « j’ai eu des compliments (sur ma barbe). » Benjamin Castaldi :

ça n’a pas abouti, ça a embouti ! 

                                                                Rires (gras) et applaudissements du public.

> Peu connu pour sa finesse, Benjamin Castaldi se gausse de la pénétration masculine comme s’il s’agissait d’une pratique honteuse. Dirait-il la même chose de la sexualité hétérosexuelle ?

 

21 novembre : Matthieu Delormeau raconte une déception amoureuse :

Depuis, j’ai du mal à ouvrir mon cœur.  
le cœur, oui…

          lui répond promptement l'un des chroniqueurs.  Rires de l’assistance et du public.

> La blague sous entend que la personne homosexuelle s’adonne à la pénétration passive sans aucun besoin de sentiment amoureux. Stéréotype classique qui réduit les personnes homosexuelles à d’uniques consommateurs de sexualité (dénués de sentiments).

Humiliations et dégradations des gays

25 novembre :  Matthieu Delormeau raconte une arrestation par des policiers: « Ils me retournent, me collent contre le capot ». Cyril Hanouna : « On ne veut pas savoir ce qui s’est passé… » Hilarité générale (…) M. Delormeau poursuit :

ils m’ont insulté
pour ça je les comprends

                                                               rétorque Cyril Hanouna ; le public est hilare

> Le mot d’esprit de l’animateur aurait pu être amusant s’il n’avait pas été suivi d’une caution aux insultes subies par M. Delormeau. Cyril Hanouna laisse entendre qu’il est tout à fait normal d’être insulté par des policiers quand on est homosexuel

NB : on peut parfois se demander si le chroniqueur n’y met pas du sien tant le choix de certaines de ses expressions peuvent attiser les foudres homophobes de l’assistance.

Cyril Hanouna et son compère Camille rabaissent brutalement Mathieu Delormeau

8 novembre : Nouveau jeu sur le plateau : « Guess who my sosie is ? » (quel chroniqueur ressemble à quelle star).

Une photo de Pamela Anderson : C’est Delormeau ? 

                                                                                demande un chroniqueur

> Un autre registre possiblement dégradant pour les personnes gays. Être comparé à une bimbo du sexe opposé pour railler la confusion identitaire et ridiculier le côté inter changeable du genre des personnes homosexuelles.

Le 07 novembre : L’équipe de TPMP réalise un selfie à la Ellen De Generes (qui a réalisé un selfie entourée de stars planétaires). 

Qui fait Brad Pitt ? 
Vous connaissant, c’est plutôt Brad Bite

                                                              Lance Cyril Hanouna à Matthieu Delormeau

> Cyril Hanouna apprécie les blagues parfois lourdes. Le souci, en dehors de la nullité objective de cette note d'humour, c'est la façon assez systématique de ramener le chroniqueur à sa seule orientation sexuelle. En même temps, l'animateur nous fait comprendre que l'homosexuel du plateau se réduit à son sexe, en gros qu'il n'y a que le cul qui l'intéresse.

Les conséquences

Ces différentes formes de propos dégradants, jugeants voire clairement homophobes se déroulent dans un climat propice à ces dérives. Le public inconditionnel de l'émission défend, via les réseaux sociaux, son animateur d'une façon aussi véhémente que les membres endoctrinés d'une secte le feraient à l'endroit de leur gourou.

L'émission qui se targue d'incarner la modernité télévisuelle serait-elle, in fine, l'expression d'une vieille France réactionnaire et ringarde?

L’association à l'origine de l'étude synthétise, avec justesse, la portée de ces multiples touches homophobes et leur résonnance auprès des publics de l’émission :

« L’air de rien, elles dessinent surtout dans l’esprit du public ce qu’il est possible de faire chez soi, avec ses ami-e-s, au travail, au lycée : se moquer des personnes LGBT pour ce qu’elles sont, les transformer en animaux de foire sous couvert d’humour, les accepter (un peu) pour les humilier (beaucoup) . »

Par Denis Morineau
Médias et numérique