Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

Tout le Sport
France 3

 

Magazine d’actualité sportive

 

Du lundi au dimanche à 20 h



Évaluation Tout le Sport

“ Le quotidien sportif de France TV ”

France Télévision aurait bien tort de ne pas le crier sur les toits: à ce jour, Tout le sport reste le seul magazine généraliste quotidien, visible en clair sur une chaîne française, entièrement consacré au sport.

Idéalement placé entre deux valeurs sûres de France 3 (le 19/20 et Plus belle la vie), ce condensé d’actualité sportive rassemble près de 2,5 millions de téléspectateurs tous les soirs grâce à une formule aussi rapide qu’efficace, et son goût prononcé pour la polyvalence.

Véritable prolongation de Stade 2, le programme (alors intitulé Le journal des sports) est créé en 1993 par Jean Réveillon (directeur des sports de France 2 et France 3). Le grand reporter et correspondant aux Etats-Unis, Jacques Ségui, est le premier rédacteur en chef, et c’est Nelson Monfort qui assure la présentation de la première saison.

ll devient Tout le sport dès 1994 (TLS pour les intimes), successivement animé par Gérard Holtz jusqu’en 1997, puis Pierre-Henri Brandet, Laurent Luyat, et enfin Céline Géraud, avant l’arrivée d’Henri Sannier en 1998.

4/5

Animation / Conduite

Orientation du programme l Qualité de la langue l Distribution de la parole l Neutralité l Tonalité et esprit véhiculé

Depuis 18 ans, c’est lui qui s’y colle, avec un professionnalisme sans faille, et le poids de la rédaction en chef sur les épaules. Rompu à l’exercice - rappelons que le journaliste avait officié auparavant au sein du 19/20 de FR3 (1986-1987), du 20 h d’Antenne 2 (1987-1988), du 13 h de France 2 (1990 à 1994) et de Soir 3 (1994-1997) - il est rarement pris à défaut sur son plateau.

Les lancements sont tranchants et les transitions limpides, comme l’exige le format du magazine. Un peu trop peut-être aux yeux de certains, qui lui reprocheront son manque d’originalité et ses jeux de mots un peu désuets, visibles à des kilomètres…Il faut dire que le 7 d’Or du journaliste remonte à plus de 15 ans maintenant.

Les lancements sont tranchants et les transitions limpides

Si le rendez-vous s’applique effectivement à proposer un très large panel de sports, des plus médiatiques aux plus confidentiels, il pourrait très bien s’intituler “Tout le sport.. français”, tant la part belle est d’abord réservée aux athlètes et aux résultats de l’hexagone.

Mais le ton se veut patriote dans le bon sens du terme. Les commentaires sont résolument optimistes, et le plus souvent très respectueux des sportifs, dont l’émission se revendique le premier supporter.

Interview en duplex de Sarah Ourahmoune - Championne olympique de boxe

Henri Sannier n’est d’ailleurs plus seul à la présentation depuis 2011. Il officie du lundi au jeudi, avant de céder sa place à tour de rôle à Claire Vocquier-Ficot, Haron Tanzit et David Sandona pour le week-end. Placés sous l’autorité de Daniel Lauclair et ses 46 années d’expériences au service des sports de France Télévision, la jeune génération apporte une fraîcheur notable au programme.

5/7

Contenus / Apports

Descriptif et traitement des sujets l Cohérence globale l Apports en termes de connaissance(s), de réflexion, de citoyenneté

Que se soit dans sa version “semaine” ou “week-end”, Tout le sport n’a guère de temps à perdre. Dès le générique terminé, pas de place pour le bla-bla. Il s’agit d’entrer dans le vif du sujet: l’événement sportif le plus proche dans le temps, pour un concept qui se veut réactif.

Jusqu’en 2009, Henri Sannier ne disposait que de 5 à 7 minutes de temps d’antenne pour dérouler son sujet principal, le résumé de l’actu du jour, et des rendez-vous à venir. France 3 lui en accorde aujourd’hui une quinzaine, et si le contenu n’a pas changé, la qualité des analyses s’en ressent. Sa visibilité aussi, auprès du monde sportif, jamais distant, toujours disposé à s’exprimer au micro de TLS.

Le footballeur du PSG Lucas au micro de TLS

Vous n’échapperez pas pour autant à l’omniprésence de certains sports roi, à l’image du football et du rugby, dans des proportions toutefois plus raisonnables qu’ailleurs. Mais Tout le sport, en bon “Journal télévisé de tous les sports”, ne passera pas sous silence les tribulations de l’équipe de France de water-polo, les dérapages contrôlés des patineurs du Grand prix de Marseille, ou les percutants espoirs français du kickboxing. Toute la différence est là.

Compétition de patinage présentée sur TLS

L’autre particularité du programme est d’enchaîner à un rythme effréné les lancements, les sujets, les reportages et les micro-interviews, sans laisser la possibilité aux téléspectateurs d’être tenté par sa télécommande.

Une vitalité qui condamne souvent la présence d’un invité en plateau, mais qui met en exergue le témoignage par l’image et les analyses des journalistes de terrain aguerris. On y retrouve en effet la fine fleur de Stade 2, d’Alexandre Boyon à Mathieu Lartot, en passant par Alain Vernon ou Kader Boudaoud.

3/3

Réalisation / Montage

Qualité de la réalisation, du montage l Rythme impulsé l Pertinence des reportages et extraits l Habillage visuel et sonore

On pourrait reprocher au générique de Tout le sport d‘être un peu… figé dans le temps, lui qui n’a connu réellement que trois évolutions en 23 ans. Ce serait chercher la petite bête, car aux contraintes imposées par le concept, répondent une réalisation et un montage millimétrée, parsemés de fonds sonores qui accompagnent l’ouverture et la fin des sujets, et de nombreux extraits musicaux toujours prompts à toucher notre corde sensible.

3/5

Impression générale

Atmosphère l Ambiance l Fluidité l Objectivité du programme l Eveil, élévation l Respect du téléspectateur

Enfin un magazine de sports qui ne parle pas que de football! Loin des polémiques et du racolage de bord de terrain (tout en traitant également l’actualité plus judiciaire ou people quand elle est incontournable), TLS impose un style peu commun dans le paysage médiatique au fil des saisons. Balayer l’essentiel de l’actualité sportive au quotidien n’est pas une mince affaire, à l’heure où la toile et les réseaux sociaux vous volent systématiquement la vedette. Mais la principale qualité de ce programme court est sans doute d’évoluer avec son temps, en proposant un contenu adapté à son époque, comme il le fait également sur internet (www.francetvsport.fr).

La principale qualité de ce programme court est sans doute d’évoluer avec son temps

Après avoir fêté ses 20 ans en grandes pompes en 2003, le magazine d’Henri Sannier et son équipe n’a toujours pas pris une ride. Il continue même d’afficher des audiences insolentes face aux journaux télévisés des grandes chaînes.

Par Bruno Scappaticci
Sport, divertissement et musique

Evaluation finale

Les Plus

Le format court

Le rythme effreiné

Tous les sports

Les reportages de  qualité

Les Moins

Le ryhme effreiné

Très franco-français

La note finale
15/20
Note finale de la rédaction
Les internautes
10/20
Moyenne des 3 note(s) d'internautes
Votre note
/ 20