Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

Silence, ça pousse
France 5


100% Jardinage 

Le vendredi à 21h40

Durée : 52 min

640.000 téléspectateurs



Évaluation Silence, ça pousse

“ Cultivons notre jardin (extérieur) ”

L'art du jardinage est indéniablement un domaine de prédilection chez les Français; la preuve en est que ce magazine vert, né en 2002 sous l'impulsion de son producteur artistique et animateur principal Stéphane Marie, est bien pérenne !

Avec ce programme, France 5 attire chaque semaine une moyenne de 640 000 téléspectateurs et double quasiment son audience à la saison printanière pour dépasser le million.

Le concept de ce magazine pédagogique alterne habilement conseils pratiques en matière de jardinage et reportages thématiques en lien avec la nature. Des experts nous livrent les secrets de composition de beaux espaces paysagers et nous enseignent quelques rudiments de botanique.

Le fil conducteur de ce programme est le réaménagement de l'espace vert d'un téléspectateur en ayant fait la demande. Les cinq dernières minutes de l'émission sont consacrées à la présentation d'événements et d'ouvrages en lien avec la nature et le jardinage.

2/5

Animation / Conduite

Orientation du programme l Qualité de la langue l Distribution de la parole l Neutralité l Tonalité et esprit véhiculé

Longtemps accompagné de Noëlle Bréham dans un duo imitant les chamailleries d'un vieux couple, Stéphane Marie est secondé depuis juillet 2016 par la douce Carole Tolila. A la faveur de leur différence d'âge, ce nouveau duo met plutôt en scène un rapport de maître à élève...

Stéphane : le passionné et l'expert

Stéphane Marie nous épate par son érudition et son savoir-faire en matière de botanique et de science des sols. Avec une élocution bien rythmée et un débit assez rapide, il nous invite à observer les extraordinaires richesses et propriétés de nombreuses essences. On le voit dessiner des compositions paysagères au feutre, creuser, monter des terrasses, aménager des parterres avec beaucoup d'énergie tout en commentant les étapes.

Le volume souvent élevé de sa voix et sa gestuelle exagérément ample, traduisent son ardente volonté de transmettre sa passion pour la nature et le jardinage. Toutefois, le téléspectateur peut se sentir dépassé par le rythme parfois effréné de ses explications truffées de noms scientifiques. Il est heureux qu' une voix off enjouée vienne seconder l'animateur pour récapituler les étapes décrites.

Le téléspectateur peut se sentir dépassé par le rythme parfois effréné de ses explications

Par sa manière très personnelle d'animer l'émission, Stéphane a néanmoins le mérite d'impulser du dynamisme dans un cadre naturel plutôt statique.

Un maître un peu old school ?

Moderne dans son style vestimentaire plutôt décontracté-chic (avec une touche british), Stéphane incarne néanmoins une rigueur et une sévérité d'une autre époque. De fait, il se positionne volontiers en expert-savant, vis-à vis de son binôme, s'affirmant en aîné plus expérimenté.

Derrière son entrain jovial, voire exubérant, on perçoit parfois une pointe d'impatience et d'irritabilité en réaction à des interventions venant surtout d'interlocutrices (que ce soit l'animatrice ou bien la téléspectatrice en mal d'aide).

Carole : La nouvelle « élève »

En début d'émission, sous l’œil vigilant mais bienveillant de Stéphane, Carole anime une démonstration de bricolage simple pour terrasses et jardins. Dans la suite, elle tient davantage le rôle de l'assistante qui questionne et s'informe auprès de l'expert. L'animatrice affiche une présence souriante et affirmée, tout en douceur.

Maitre Stéphane et élève Carole confortablement installés

En comparaison avec l'animatrice précédente (Noëlle B.), nous constatons que Carole possède une aura plus féminine et qu'elle ne se situe pas dans le rapport de force - les chamailleries - auquel on était habitué.

Par son âge, elle fait plutôt figure de « jeunette », bien moins experte que son collègue-patron. Elle se sent d'ailleurs obligée, par moment, de signaler que tel élément de connaissance vient de lui être enseigné par son maître et de l'en remercier...

6/7

Contenus / Apports

Descriptif et traitement des sujets l Cohérence globale l Apports en termes de connaissance(s), de réflexion, de citoyenneté

Le magazine se compose de 3 rubriques principales, découpées en de courtes séquences qui alternent ; les astuces et conseils en jardinage, la visite de jardins remarquables et enfin la séquence coaching « pas de panique ». A ces rubriques s'ajoutent un ou deux reportages en lien avec la nature...

Des astuces simples et originales

Les séquences d'astuces de jardinages ponctuent l'émission et consistent souvent en la création d'objets originaux voués à agrémenter le jardin. Il s'agit de démonstrations pratiques in situ et les réalisations sont à la portée de tout téléspectateur - même peu outillé -.

On y apprend par exemple à construire un hôtel à insectes ou bien à redresser une plante le long de son tuteur avec des liens naturels. Au gré des étapes de la construction, les animateurs nous livrent quelques connaissances sur l'environnement naturel et son fonctionnement.

La visite de jardins : la découverte d'un patrimoine vert

Dans cette rubrique, on se rend avec Stéphane chez le propriétaire ou le responsable d'un jardin remarquable, pour mener avec lui une interview itinérante.

Il s'agit le plus souvent d'un expert qui nous décrit la composition de l'espace paysager en question, en se référant à l'histoire des arts du jardin, à celle du patrimoine et aux propriétés des essences présentes.

L'apport de cette rubrique en termes de connaissances et de découvertes est indéniable.

Pas de panique : chez le téléspectateur

Dans ce récit rétrospectif, la télé s'est invitée chez un téléspectateur choisi, pour lui venir en aide à sa demande. Stéphane propose un réaménagement de la terrasse, du jardin ou du balcon de la personne.

Nous assistons, par étape, à la transformation d'un espace depuis sa conception - admirablement tracée sous nos yeux par Stéphane - jusqu'au résultat final. Ce dernier n'est dévoilé qu'en fin d'émission, ce qui maintient le téléspectateur en haleine.

Nous y apprenons des connaissances rudimentaires en termes de biodiversité, à l'échelle d'un parterre. Notons, en parallèle, que l'esthétisme de la composition n'est pas de reste !

Des reportages de qualité

2 reportages thématiques, en lien avec la nature, complètent cette émission. Nous sortons du parterre de fleurs ou du jardin pour rencontrer des aficionados de la nature qui nous parlent de leur passion. 

Il peut s'agir de luthiers à l’œuvre dans leur atelier, nous expliquant les propriétés des essences d'arbres qu'ils utilisent, tout comme il peut s'agir d'un passionné de musique produite à partir d'éléments de la nature.

Les thèmes sont originaux et on ne peut que s'émerveiller devant la grande diversité des univers liés à l'environnement.

Parti pris écologique

On ne sera pas étonné de constater, dans ce magazine vert, la mise en avant de procédés écologiques et de gestes respectueux de l'environnement. Que ce soit lors du bricolage, de la démonstration d'astuces ou lors des interviews de jardiniers, l'émission prodigue des conseils qui sensibilisent en matière d'écologie et de développement durable. Une autre manière de faire campagne !

3/3

Réalisation / Montage

Qualité de la réalisation, du montage l Rythme impulsé l Pertinence des reportages et extraits l Habillage visuel et sonore

Lieux de tournage naturels et esthétiques

Il n'est pas une séquence de l'émission qui se déroule en studio. Le studio, ici, c'est le jardin. Le seul abri existant est une ancienne grange ouverte, en pierres apparentes et poutres, pour les besoins de la séquence bricolage. Nous sommes donc au vert durant près d'une heure, dans des coins de jardin arborés et fleuris.

De même, les passionnés de nature présentés dans les documentaires évoluent au gré de l'interview dans un beau cadre naturel ; de quoi ravir les yeux.

Une alternance de formats variés et courts

Grâce à l'alternance de 4 formats bien distincts, (la démonstration en direct, le récit rétrospectif d'un coaching, le documentaire et l'interview), l'attention du téléspectateur est maintenue en éveil. Chaque mini-séquence ne durant pas plus de 10 minutes, on ne voit pas passer l'heure au jardin !

Un cadrage de qualité

A ce propos, il faut souligner l'exceptionnelle qualité du travail des cameramen. Dans la plupart des rubriques, on perçoit largement la touche experte du réalisateur-documentariste Xavier Blanot. Les documentaires alternent des plans-séquences où l'intervenant s'exprime librement, visiblement mis à l'aise par un intervieweur muet. Ce découpage procure un effet apaisant.

On perçoit largement la touche experte du réalisateur-documentariste Xavier Blanot

De même, entre chaque séquence, la caméra ménage d'agréables pauses visuelles ; des temps de respiration. Elle s'attarde régulièrement sur des beautés naturelles, parfois intrigantes, ou sur des paysages aux couleurs impressionnantes.

Le rythme des images semble s'aligner sur celui de la nature.

Une bande sonore douce et variée

A commencer par la musique du générique, les fonds sonores choisis ne font qu'agrémenter davantage l'esthétisme visuel.

Différentes musiques alternent au fil des séquences, y impulsant différents rythmes. Ainsi, notre attention est soutenue par une musique pop à la mode lors d'une démonstration énergique. L'instant d'après, nous pouvons relâcher la tension et nous laisser porter au gré des images sur une musique classique.

On doit noter la mise en relief des bruitages naturels lors des documentaires, où l'on peut entendre la nature chanter. Tout bruitage agressif est estompé et doublé d'un thème musical plus doux. Une autre musique se fait aussi régulièrement entendre, humaine quant à elle, puisqu'il s'agit de la voix off (Sophie Vaillon), agréable et enjouée.

Dimension pédagogique limitée

Seul bémol à la réalisation, de grande qualité par ailleurs ; l'absence totale de traduction des noms scientifiques et des termes techniques abordés. Pourquoi ne pas afficher, en bas d'écran, des explications qui éclairent le téléspectateur?

Dans une optique pédagogique, il nous semblerait en effet judicieux que les réalisateurs pensent à afficher en surbrillance ce qui lui est difficile d'accès.

D'autre part, la séquence de coaching - sous la forme d'un flash-back - présente quelques redondances lassantes et détonne par son aspect un peu chip.

4/5

Impression générale

Atmosphère l Ambiance l Fluidité l Objectivité du programme l Eveil, élévation l Respect du téléspectateur

Une pause verte bienfaisante

Cette émission constitue une agréable pause verte. Le téléspectateur y vit tour à tour des moments de contemplation et des moments de découvertes , dans une ambiance plutôt familiale.

Bien plus qu' un simple magazine pratique à destination des amateurs de jardinage, « Silence, ça pousse » est une véritable initiation aux écosystèmes, à l'écologie et au développement durable. Les apports en termes de connaissances s'étendent sur les domaines de l'artisanat, du patrimoine naturel et de l'art des jardins. Que cette émission de qualité perdure !

Par Aude Tessier
Sémantique, culture et médias

Evaluation finale

Les Plus

L'apport de connaissances

La sensibilisation à l'écologie

L'apport de conseils et d'astuces

De beaux reportages

Des thématiques variées

Les Moins

Pas de bandeau explicatif

Les animatrices infantilisées

Des séquences un peu chip

La note finale
15/20
Note finale de la rédaction
Les internautes
18/20
Moyenne des 5 note(s) d'internautes
Votre note
/ 20