Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

Première
premiere.fr



Évaluation Première

“ Reprise en main salvatrice ”

Le magazine Première a quarante ans. Un âge symbolique pour ce bi mensuel qui profite de cette célébration pour lancer sa nouvelle formule. Repris par Le film français au mois de septeblre 2016, Première veut recentrer sa ligne éditoriale sur les histoires de cinéma. Le numéro de novembre 2016 dévoile les nouveaux contours de cette publication...

5/5

Construction et esthétique

Format l Qualité de la maquette l Structuration l Typographies

Faire table rase du passé, c’est un peu le leitmotiv des équipes éditoriales de Première. Les travaux sont d’envergure mais avec la refonte totale de la maquette, ils entendent bien moderniser ce magazine en perte de vitesse.

Malgré une présence publicitaire très conséquente, pas moins de dix pages avant d’accéder au sommaire, le magazine semble avoir fait peau neuve. L’allure criarde a disparu au profit d’un design plus épuré. Première s’offre une vitrine plus chic, très proche de celle de SoFilm.

L’allure criarde a disparu au profit d’un design plus épuré

Dès le sommaire, un vent nouveau ravit nos pupilles. Code couleur, typographie originale, photographies alléchantes et mise en page impeccable. Alors oui, on a envie d’y aller. La suite ne fait que confirmer ce premier sentiment.

Augmentation de la pagination oblige, les textes sont plus conséquents qu’auparavant mais les photographies, d’excellentes qualités, donnent du souffle et participent à créer cette sensation d’originalité et de nouveauté.

Les infographies nous confortent dans cette idée. Parfaitement dans l’air du temps, les sigles, les couleurs, les typographies utilisées semblent être sorties tout droit de Quotidien et consoeurs, conférant un sentiment de modernité.

8/10

Contenus / Apports

Traitement des sujets l Réflexion et analyse l Cohérence globale l Apports en termes de connaissance(s), de réflexion, de citoyenneté

Les temps sont durs pour la presse française et Première n’a pas échappé à cette terrible sentence. Pourtant leader de la presse cinéma française, Première est passé par la case redressement judiciaire avant de rejoindre les rangs du groupe LFF Médias, éditeur du Film Français.

Espérant profiter de l’expérience de ce titre bien installé et en bonne forme économique, les dirigeants de Première entendent réussir leur reconversion. Faire revenir le lecteur, le fidéliser en recréant une relation de confiance tel est l’objectif affiché. De la maquette aux contenus, tout a donc été repensé.

La logique est simple : la couverture de l’actualité n’est plus assez fédératrice pour ce magazine qui subit de plein fouet la suprématie des médias numériques. Les plateformes web sont forcément plus réactives face à un fait d’actualité qu’une édition bi mensuelle qui viendra servir deux mois après ses confrères une information dont les lecteurs se ficheront éperdument. Il est regrettable que les dirigeants de Première n’est pas pris en considération cette donnée plus tôt. Mais mieux vaut tard que jamais.

Dans cette nouvelle formule c’est donc les sujets forts qui seront mis à l’honneur. Laurent Cotillon, le rédacteur en chef, mise sur de nouvelles rubriques pour replacer la culture du cinéma et des séries au cœur du projet éditorial de Première.

Le magazine met désormais l’accent sur des sujets de fond, délaissant la couverture critique. Ce pan éditorial sera désormais pris en charge par sa version numérique. En privilégiant de nouveaux modes narratifs, Première promet de redonner du contenu inédit et exclusif à ses lecteurs.

Parmi les nouveautés, nous avons la rubrique « ma scène culte » qui propose la reconstitution d’une séquence de film dont la mise en scène est décryptée par son réalisateur. A la fois ludique et didactique ce contenu est tout à fait pertinent. La rubrique « time line » propose de retracer les événements cinématographiques qui se sont déroulés depuis la sortie du numéro précédent.

Une infographie claire permet de contextualiser et de piocher uniquement les informations qui attirent notre attention

Une infographie claire qui permet en un coup d’œil de contextualiser et de piocher uniquement les informations qui attirent notre attention. Enfin «  sur un plateau » semble être le contenu le plus ambitieux de cette nouvelle version.

Il s’agit d’un reportage en immersion dans les coulisses d’un tournage de cinéma. Agrémentées de photos d’une qualité indéniable, de copies de story-board mais aussi d’extrait de scénario, ces pages se révèlent particulièrement intéressantes.

Pour son quarantième anniversaire, Première joue également la carte nostalgie en proposant un dossier d’une vingtaine de pages consacré à son histoire. Lorsque l’on connaît la nouvelle ligne stratégique de ce magazine, cette démarche semble plutôt pertinent. Elle permet d’inscrire de clore un chapitre qui appartient au passé pour mieux se tourner vers l’avenir.

4/5

Ligne éditoriale

Neutralité l Positionnement politique l Valeurs véhiculées l Engagements

« Ni les dogmes, ni les daubes » dira Marc Esposito au lancement de Première. Cette exigence originelle fait office de devise dans les bureaux de la rédaction. Laurent Cotillon affirme ne pas vouloir s’écarter de ce fil rouge.

Retrouver un rôle de prescripteur en parlant de ce qu’il faut voir

La forme a changé mais la vocation reste la même. Retrouver un rôle de prescripteur en parlant de ce qu’il faut voir, plutôt qu’en dénigrant des productions dénués d’intérêt, tel est l’objectif de cette nouvelle version.

Cette démarche positive s’accompagne d’une volonté de proposer de nouvelles formes narratives, en privilégiant notamment le storytelling. L’équipe rédactionnelle est aujourd’hui réduite à une dizaine de journalistes ce qui permet de créer une véritable cohérence dans la conduite de cette publication.

Conclusion

Première se laisse trois ans pour remonter la pente et s’assurer une position pérenne dans le paysage médiatique. Espérant dépasser rapidement 100000 exemplaires, Première met toutes les chances de son côté pour atteindre cet objectif.

Le cas du magazine n’est pas isolé mais rares sont ceux qui osent renouveler leur offre. Pourtant, face à des lecteurs de plus en plus volatiles, cette démarche semble tout à fait indispensable.

Par Chloé Pangrazzi
Culture, images et nouveaux médias

Evaluation finale

Les Plus

Maquette intelligente

Design qualitatif

Parti-pris constructif

Les Moins
La note finale
17/20
Note finale de la rédaction
Les internautes
11/20
Moyenne des 2 note(s) d'internautes
Votre note
/ 20