Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

N’oubliez pas les paroles
France 2

 

10 années de succès

 

Entre le trend et le kitsch



Évaluation N’oubliez pas les paroles

“ Le bal populaire de France 2 ”

Diffusé sur France 2 depuis décembre 2007,  N’oubliez pas les paroles est un jeu télévisé présenté par Nagui. Produit par Air productions, ce programme est une adaptation du format américain Don’t forget the Lyrics diffusé sur la Fox. Initialement hebdomadaire, l’émission devient quotidienne à partir de 2008. Le 25 janvier dernier, N’oubliez pas les paroles enregistre un record d’audience avec 3,7 millions de téléspectateurs.

4/5

Animation / Conduite

Orientation du programme l Qualité de la langue l Distribution de la parole l Neutralité l Tonalité et esprit véhiculé

Initialement N’oubliez pas les paroles était présenté par Patrick Sabatier jusqu’à ce que Nagui reprenne les commandes du jeu en décembre 2008.  Nagui est l’un des animateurs les plus populaires du PAF et c’est en véritable roi du divertissement qu’il anime ce format avec entrain et passion. Parfaitement à l’aise dans son rôle, Nagui excelle dans le costume de maître du jeu.

Nagui est partout et les grilles de France 2 le mettent à l’honneur. Le midi avec Tout le monde veut prendre sa place, en access prime time avec N’oubliez pas les paroles et une hebdomadaire pour Taratata. Et tout ça cartonne. Son style est rodé et il semble tout aussi à l’aise avec les grands noms de la scène musicale qu’avec l’anonyme entonnant fébrilement quelques notes de Céline Dion.

Il dégaine parfois la vanne un peu lourdingue qu’il nuance quasi instantanément d’un bon mot. S’il peut être cassant, il sait aussi se montrer bienveillant. Il se prête aussi au jeu et n’hésite pas à chantonner ou à esquisser quelques pas de danse. Il n’a pas peur du ridicule et c’est sans doute ce qui plaît temps aux fidèles de ce grand karaoké.

Il fait partie intégrante du jeu et n’adopte jamais la stature de l’animateur hautain et distant. Il mène l’émission avec brio en prenant soin de ne jamais laisser le rythme s’essouffler. Il réussit à adopter une posture familière et populaire, absolument fédératrice,  qui ne cesse de séduire.

Il dégaine parfois la vanne un peu lourdingue qu’il nuance quasi instantanément d’un bon mot

Si Nagui tient la place de grand chef d’orchestre, il ne faut pas oublier la présence de musiciens qui jouent en live pour accompagner les candidats. Loin de n’être que des figurants, les musiciens sont devenus des personnages à part entière de l’émission. N’hésitant pas à donner de leurs personnes en se déguisant, en se coiffant d’une perruque ou tout simplement en démontrant une folle énergie, ils tiennent un rôle très important dans le déroulement de l’émission au point que certains sont connus du grand public, ce qui est loin d’être monnaie courante dans ce type d’émission.

4/7

Contenus / Apports

Descriptif et traitement des sujets l Cohérence globale l Apports en termes de connaissance(s), de réflexion, de citoyenneté

N’oubliez pas les paroles est une émission de divertissement grand public qui n’a cessé de se développer au fil des années. L’Access prime time est en effet une case difficile à dompter, il a donc fallu s’adapter pour trouver la formule gagnante et s’imposer face à une concurrence très rude. Le principe de ce jeu est simple. Reprenant les codes du karaoké, N’oubliez pas les paroles invite ses candidats à tester leurs connaissances des standards de la chanson française.

Les candidats doivent trouver les paroles manquantes d’une chanson, le nombre points à la clé détermine la quantité de mots à replacer.  Sur le plateau, le Maestro fait son entrée. Le Maestro c’est un peu le Champion de Tout le monde veut prendre sa place, qui chaque jour remet son titre en jeu et doit confirmer son statut face à un nouveau candidat.

Cet aspect compétitif n’était pas présent lors des premiers numéros de cette émission. Mais cette astuce, vieille comme le monde, permet de créer un rendez vous avec les téléspectateurs qui tiennent à suivre les performances de leur champion. Le Maestro fait donc son entrée sur le plateau, suivi du petit nouveau qui est invité à chanter la chanson de son choix.

Faisant office de présentation du challengeur, cette séquence, plutôt bon enfant, tourne parfois à la catastrophe tant le niveau de chant est médiocre. Les candidats doivent ensuite choisir parmi plusieurs thèmes qui suivant leur difficulté, rapporte plus ou moins de points. Le candidat a alors le choix entre deux chansons et débute sa prestation accompagnée du groupe et d’un choriste qui donne le la.

Les paroles défilent sur notre écran et en un rien de temps on se retrouve entrain de pousser la chansonnette. En appuyant ainsi sur ce réflexe tout à fait naturel, le contenu devient interactif et entraîne le spectateur à sortir de sa passivité. Le procédé est plutôt efficace et rend la chose assez ludique. Une fois que tous les thèmes ont été épuisés, vient ensuite, le duel sur une même chanson.

Le candidat doit trouver le plus de mot possible, chaque mot trouvé valant un point, tandis que son adversaire attend son tour, casque sur les oreilles pour éviter la triche. L’épreuve s’arrête lorsque le candidat sèche. Enfin vient l’épreuve finale, celle durant laquelle le candidat sorti vainqueur des étapes précédentes, remporte des gains. Ici, le nombre de mots trouvés correspond à une somme d’argent et non plus à des points. Le candidat doit alors choisir entre deux chansons et peut choisir de s’arrêter à n’importe quel palier en empochant la somme correspondant au niveau atteint.

En y introduisant un peu plus de suspens qu’à ses débuts, l’émission s’est quelque peu modernisée et est devenue plus attractive

En y introduisant un peu plus de suspens qu’à ses débuts, l’émission s’est quelque peu modernisée et est devenue plus attractive. Sa durée est idéale et permet de conserver tout le dynamisme nécessaire à la bonne conduite du jeu. Si le talent des chanteurs n’est pas toujours au rendez vous, celui du groupe est quant à lui incontestable. Les prestations de l’orchestre offrent parfois de beaux moments de télévision et il semble judicieux d’avoir replacé les musiciens au cœur de l’émission.

2/3

Réalisation / Montage

Qualité de la réalisation, du montage l Rythme impulsé l Pertinence des reportages et extraits l Habillage visuel et sonore

La réalisation et le montage de N’oubliez pas les paroles sont particulièrement soignés. A l’origine, la réalisation du jeu était assurée par Serge Kalfon jusqu’à ce qu’il soit remplacé par Gérard Pullicino, un acolyte de Nagui. La multiplication de plans alternant entre les candidats, l’orchestre et le public créée du rythme et semble parfaitement en cohérence avec le contenu. Le plateau à taille humaine reprend tous les codes des émissions grand public avec des couleurs plutôt vives et un éclairage très marqué.

3/5

Impression générale

Atmosphère l Ambiance l Fluidité l Objectivité du programme l Eveil, élévation l Respect du téléspectateur

N’oubliez pas les paroles est un jeu populaire, parfaitement calibré pour plaire à un public familial. Son caractère interactif est tout à fait ludique et l’on peut comprendre que ce jeu séduise de plus en plus de téléspectateurs. Néanmoins le niveau des candidats, même s’il s’est amélioré au fil des émissions, constitue un vrai bémol.

Les fausses notes, les problèmes de rythme sont parfois un supplice pour nos oreilles. Malgré tout, le plébiscite est incontestable et les audiences en hausse ne cessent de prouver que les téléspectateurs adhèrent et en demandent encore.

 

Par Chloé Pangrazzi
Culture, images et nouveaux médias

Evaluation finale

Les Plus

Nagui souvent sympathique

Les musiciens investis

Le concept fédérateur

Les Moins

Attention aux oreilles

Un brin répétitif

La note finale
13/20
Note finale de la rédaction
Les internautes
16/20
Moyenne des 3 note(s) d'internautes
Votre note
/ 20