Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

Les initiatives citoyennes
France Culture

 

samedi de 8h45 à 9H

 

La fin de la matinale



Évaluation Les initiatives citoyennes

“ Fenêtre sur l'innovation démocratique ”

A l'heure où la colère citoyenne gronde à l'endroit des gouvernements successifs, France Culture ouvre une petite fenêtre et appose sa loupe sur ce qui se fait, en France ou au-delà, pour contrer ce sentiment d'impuissance démocratique largement répandu chez nos contemporains.

Diffusée depuis septembre 2016 - à quelques mois des présidentielles - la rubrique  Les Initiatives Citoyennes vient ponctuer la Matinale du samedi, conçue par Caroline Broué, animatrice et conceptrice de longue date sur France Culture.

Ce quart d'heure hebdomadaire n'est pas la première case dédiée au citoyen et à ses initiatives sur les antennes de Radio France.

Cependant, à la différence de Carnets de Campagne, précédant le 13h de France Inter, le focus est davantage mis sur l'action militante, parfois politisée, en tout cas médiatisée que sur la silencieuse action locale.

5/6

Animation / Conduite

Orientation du programme l Qualité de la langue l Distribution de la parole l Neutralité l Tonalité et esprit véhiculé

Diplômée de Sciences Politiques et de Lettres Modernes, la productrice et animatrice des Initiatives citoyennes a rejoint dès 1998 les studios de France Culture. Son ancrage dans la sphère radiophonique est aujourd'hui bien établi; après avoir codirigé les Matins de France Culture aux côtés de Nicolas Demorand, Caroline Broué a été à l'initiative de plusieurs émissions phares de cette même antenne, dont La Grande Table.

Son empreinte médiatique ne se cantonne cependant pas à la radio; La presse écrite et le petit écran portent également sa signature dans les domaines littéraire et culturel. Nouvellement auteure de romans, elle a également publié ses entretiens avec la sociologue Françoise Héritier.

Une présence experte et  affirmée

 Le parcours de Caroline Broué justifie amplement toute l'expertise dont elle fait preuve lors de cette fin de matinale, dans sa solide connaissance des enjeux citoyens. On la sent très à l'aise pour convoquer des faits précis et datés et les inscrire dans une analogie venant parfois questionner les dérives ou les risques de l'initiative présentée.

Caroline Broué en plateau - Crédit : C. Abramovitz (Radio France)

C'est sur un ton jovial et convivial qu'elle affirme son autorité, se montrant parfois énergique, notamment dans ses interruptions spontanées que vient ponctuer un rire d'excuse.

Peu démagogue

L'énergie qu'impulse l'animatrice dans sa conduite des entretiens induit l'idée que son intention n'est pas de passer du baume sur l'oreille en peine démocratique.

Elle se positionne régulièrement en arbitre, n'hésitant pas à apporter des réajustements

Si Caroline Broué salue les alternatives mises en place par des innovateurs de la démocratie, elle se positionne régulièrement en arbitre, n'hésitant pas à apporter des réajustements aux propos des invité(e)s..

Et pédagogue

Soucieuse de l'éclairage qu'elle souhaite apporter à l'auditeur-citoyen, l'animatrice reprend et énonce clairement les noms ou notions évoqués en siglaisons qui font d'ailleurs souvent l'objet d'explicitations ou de ré-contextualisations.

6/7

Contenus / Apports

Descriptif et traitement des sujets l Cohérence globale l Apports en termes de connaissance(s), de réflexion, de citoyenneté

L'édito de Caroline Broué

Le quart d'heure dédié à l'innovation démocratique est chaque fois introduit par un édito rappelant, en l'étayant, son objectif : Donner un aperçu de ce qui se fait concrètement en France, en Europe ou dans le monde pour « Faire acte de politique autrement », pour « écouter la colère des gens et éviter que l'on ait un dangereux populiste à la tête de notre pays ».

La rubrique entend encourager le lien social et le développement d'une démocratie plus participative et plus représentative tout « en évitant une division irrémédiable de notre société ».

Il est parfois difficile de discerner la voix plaintive du citoyen de celle de l'animatrice qui s'en fait le porte-parole

Mais l'on peut toutefois s'interroger sur le positionnement de certains éditos à l'égard de la neutralité dont devrait faire preuve l'émission. En effet, il est parfois difficile de discerner la voix plaintive du citoyen de celle de l'animatrice qui s'en fait le porte-parole. Et ces tonalités ne semblent pas aller dans le sens, pourtant souhaité, d'une « conciliation entre les initiatives citoyennes et les politiques publiques ».

Des intervenants médiatisés

L'édito fait place à l' interview en direct ou par téléphone d'un intervenant sur une action militante innovante et les idées qui les sous-tendent. La rubrique peut aussi mettre en avant un fait culturel, porteur de lien social. C'est par exemple le cas de l'histoire du légume sec présentée par Jacky Durand, chroniqueur-cuisinier de Libération. 

A la table, un historien ou un politologue de renom vient apporter un éclairage et des précisions ou des réajustements contextuels.

En ce qui concerne les intervenants, leur choix semble se faire au regard de leur succès médiatique, soit à la publication d'un ouvrage, soit au lancement d'une initiative portée médiatiquement.

Le choix des intervenants semble semble s'opérer au regard de leur relais médiatique

Nous entendons par exemple Elisa Lewis, auteure du « Coup d'Etat citoyen », s'exprimer sur le dernier Sommet du partenariat pour un gouvernement ouvert auquel elle a assisté. Journaliste chez Médiapart en Belgique, Ludovic Lamant nous présente l'action rebelle de mairies espagnoles décrite et analysée dans son dernier ouvrage « Squatter le pouvoir »...

Et politiques

 Notons que la rubrique met principalement en avant des acteurs citoyens profondément inscrits dans une mouvance voire dans une action politique de gauche. C'est le cas par exemple de Jo Spiegel, maire alsacien, interviewé au micro des Initiatives Citoyennes sur l'apport de soutien de sa commune à la Syrie.

Réflexion sur la citoyenneté européenne

Le regard ne se focalise pas seulement sur l'action française régionale ; Il se porte aussi très souvent sur les innovations citoyennes européennes dans le champ de l'action démocratique.

Il est bien sûr tenu compte de l'histoire de la culture du pays qui permet la réalisation de ces innovations, ce que l'invité spécialiste ne manque pas de rappeler. Il n'empêche que ces vues importées de l'étranger ont pour but d'alimenter une « boîte à idées », ou un « nouvel imaginaire pour sortir de la crise de la démocratie représentative ».

2/3

Réalisation / Montage

Qualité de la réalisation, du montage l Rythme impulsé l Pertinence des extraits sonores, des transitions l Habillage sonore

Sobriété matinale

Aucun jingle autre que la grappe de notes qui signe les interludes de France Culture ne vient annoncer la rubrique. Aucun choix musical engagé qui vienne illustrer ces initiatives ; nous sommes donc entraînés dans la continuité d'une matinale informative et culturelle qui se suffit à elle-même.

Bonne qualité du direct

Apprécions une nouvelle fois la qualité de son d'une émission en directe dont les intervenants sont parfois interviewés à distance. La double communication médiale (pour l'auditeur ; radio et téléphone) ne nuit en aucun cas à la qualité de l'écoute.

3/4

Impression générale

Atmosphère l Ambiance l Fluidité l Objectivité du programme l Eveil, élévation l Respect de l'auditeur

La raison d'être d'une telle rubrique, en ces temps de crise de foi démocratique, est d'abord d'apaiser et de rassurer l'esprit du citoyen en proie aux pensées négativistes.

Cette fenêtre ouverte sur l'action citoyenne et sur son influence dans le champ démocratique et politique local veut aussi encourager et inspirer ceux et celles qui se sentent impuissants face à ce qu'ils perçoivent comme la déliquescence de la démocratie, qu'ils souhaiteraient plus représentative.

Caroline Broué a la bonne idée de mettre en valeur tout ce qui fait le lien social et qui contrebalance l'idée, un peu trop généralisée, que le citoyen ne pèse pas ou peu dans l'action démocratique. Chacun(e) peut alors s'interroger sur sa propre (in)activité, faire bouger les choses, en voyant qu'ici et ailleurs, des changements existent et sont possibles.

Par Aude Tessier
Sémantique, culture et médias

Evaluation finale

Les Plus

Des innovations dans le champ social et démocratique

Une vue sur l'action citoyenne hors de France

Des intervenants de qualité

Des discours pondérés

Le lien entre action citoyenne et politique

Les Moins

Un édito parfois démagogue

La note finale
16/20
Note finale de la rédaction
Votre note
/ 20