Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

Le journal de 13 heures
TF1


Du lundi au vendredi
Durée : 40 minutes

Présentation :
Jean Pierre Pernaut

 



Évaluation Le journal de 13 heures

“ Vous avez dit journal d'information(s)? ”

Jean Pierre Pernaut anime le JT de 13h00 depuis 1988, juste après l’arrivée du groupe Bouygues à la tête de la chaine. En remplacement du fantaisiste Yves Mourousi, Francis Bouygues choisit une orientation plus locale et « proche des gens ». Ce 13 heures des terroirs trouve rapidement son public et connaît un succès qui se démentira pas au fil des années…

2/5

Animation / Conduite

Orientation du programme l Qualité de la langue l Distribution de la parole l Neutralité l Tonalité et esprit véhiculé

Sobriété conservatrice

La présentation n’a guère varié depuis 27 ans ; toujours le même sourire, les mêmes postures, les mêmes regards. Dans un style sobre et sans fioriture, Jean Pierre Pernaut propose un phrasé qui se rapproche du parler de la vraie France.

Dans cet esprit, le journaliste n’hésite pas à utiliser des expressions familières, des dictons d’un autre temps voire des prononciations qui fleurent bon le terroir (français).

La météo avant tout

Le plus souvent, il entame son journal par la prévision météorologique accompagné d’un ou plusieurs reportages sur ce thème : l’arrivée du froid en automne ; le froid et la neige en hiver ; les premières chaleurs au printemps ou encore les fortes chaleurs en été… D’une manière générale, les sujets autour de la météo représentent plus de 20% de la durée de son 13h00.

Les sujets autour de la météo représentent plus de 20% de la durée de son 13h00

70% de France profonde

Tournoi de pétanque dans le Lubéron, fête de la saucisse dans les Vosges ou gavage des canards au cœur du Perigord ; le JT de 13h00 explore toutes les facettes de la France du terroir.

Tel un documentaire sur les traditions, les us et pratiques (transmises de génération en génération), les reportages locaux représentent plus de 70% de l’ensemble des sujets. Un record absolu en Europe!

Reportage dans un village du Puy de Dôme sur la baisse des températures

Un journal théâtralisé

L’une des caractéristiques majeures du journal de 13h00 de TF1 réside dans la théatralisation de son présentateur. Celui-ci introduit des sujets sans prompteur, commente allègrement les reportages voire donne son avis directement, sans autre forme de précaution.

Cette dimension partisane lui confère une place particulière, à mi-chemin entre le journaliste et le commentateur du café du commerce.

2/7

Contenus / Apports

Descriptif et traitement des sujets l Cohérence globale l Apports en termes de connaissance(s), de réflexion, de citoyenneté

Le local avant tout

Imaginé pour concurrencer les tranches locales de FR3 (ex-France 3), ce journal s’appuie sur 19 bureaux en région et autant d’équipes qui réalisent des reportages au plus près des français et de ce qui est présenté comme leur vie quotidienne.

En outre, le journal de 13h00 de TF1 cultive ses thèmes de prédilections : insécurité, montée des impôts et taxes ou encore catastrophes naturelles…

Les catastrophes naturelles

Au sein du JT, une belle place est réservée aux accidents et catastrophes naturelles. Abondamment illustrés d’images fortes et dramatiques, ces séquences sont présentées par un Jean Pierre Pernaut affecté… L’œil triste, le hochement de tête complaisant, le présentateur n’hésite pas à se montrer abattu, affligé.

On peut imaginer que la surabondance d‘images désastreuses (voire apocalyptiques), phénomène classique dans les médias modernes, empêche toute réflexion ou pensée autre que la sidération ou de la réaction pulsionnelle.

L’insécurité en France

Le thème le plus traité, en termes d’actualités nationales, est celui de l’insécurité. Cambriolages, braquages et agressions nourrissent les discours sécuritaires de son présentateur. Sur le thème de « Tout fout le camp » et « On est plus en sécurité dans notre pays », Jean Pierre Pernaut multiplie les reportages alarmistes.

Les chiffres réels de la délinquance (en relative baisse depuis une dizaine d’années) sont rarement relayés au contraire des faits divers les plus sordides et violents.

Les impôts et taxes

A l’instar de l’insécurité, les reportages sur les impôts et taxes s’enchainent à un rythme soutenu. Nouvelles taxations, augmentation des prix de l’essence, hausse des prix des fruits et légumes.

Jean Pierre Pernaut semble peu se soucier que la hausse des prix n’ait jamais été aussi faible depuis 40 ans (autour de 0,5% par an) ; il continue à convaincre ses téléspectateurs que les prix ne cessent de monter et que tout cela est insupportable pour les vrais gens.

Reportage sur les prix du gaz qui augmentent sans cesse (selon TF1)

Le partis-pris des petites gens

Jean Pierre Pernaut se mue en porte-parole de la France d’en bas, des petites gens opprimés par les puissants présentés comme injustes et cruels. Souvent relayés par des micro-trottoirs (réalisés sur des marchés ou dans la rue), ce parti-pris renforce les idées poujadistes et populistes dont se nourrit l’extrême droite.

JP Pernaut se mue en porte-parole de la France d’en bas, des petites gens opprimés par les puissants

Notons, d’ailleurs, que les petites-gens concernés sont le plus souvent blancs, français de souche et fortement attachés à des valeurs patriotiques.

L’Etat oppresseur et incompétent

Dans cette longue plainte empathique (près de 40 minutes du lundi au vendredi), l’Etat semble coupable de tous les maux : mauvaise gestion, dépenses publiques inappropriées, injustices flagrantes à l’endroit des plus fragiles.

En parallèle, de nombreux sujets évoquent l’incompétence de l’Etat : « rétropédalages », « couacs » et dysfonctionnements du gouvernement se voient largement mis en avant, quasi-quotidiennement.

1/3

Réalisation / Montage

Qualité de la réalisation, du montage l Rythme impulsé l Pertinence des reportages et extraits l Habillage visuel et sonore

La qualité technique des sujets oscille selon les thèmes et les journalistes. Néanmoins, des récurrences s’observent au fil des éditions. Les prises de vue se contentent de décrire et de suivre les explications de la voix-off.

Beaucoup d’images sont présentées en gros plan voire en très gros plan ; il devient alors quasi-impossible de prendre une distance par rapport au sujet abordé. 

Il en est de même pour les personnes interviewées. Le cadrage se fait sur le visage ou sur le haut du corps ; on se retrouve comme absorbé par la proximité de l’image et il s’avère bien difficile de réfléchir à ce qui est dit ou formulé.

2/5

Impression générale

Atmosphère l Ambiance l Fluidité l Objectivité du programme l Eveil, élévation l Respect du téléspectateur

Des messages politiques radicaux

Francis et Martin Bouygues, propriétaires de TF1, éprouvent des difficultés lorsqu’il s’agit de nier leurs affinités politiques. Ce dernier est l’un des plus proches amis de Nicolas Sarkozy et la tradition familiale valorise des valeurs particulièrement droitières.

A l’instar de ses dirigeants, Jean Pierre Pernaut distille de nombreux signes et messages politiques dans ses journaux. Il y est question d’une insécurité galopante (propice aux votes de droite ou d’exrême droite), d’une France mal gérée et de l’incompétence avérée des gouvernements de gauche. Rares sont les journaux nationaux, dans des pays démocratiques, à proposer des positions aussi partisanes et radicales.

Jean Pierre Pernaut distille de nombreux signes et messages politiques dans ses journaux

Un journal qui infantilise

Le présentateur semble maintenir un lien de consolation à l’endroit du téléspectateur. La mise en scène de la victimisation, la dramaturgie d’une partie des reportages renforce cette sensation du journaliste qui se pose en rempart contre un monde (présenté comme) angoissant et dangereux.

En résumé

Le journal télévisé de 13H00 de TF1 ne remplit pas son rôle d’éclaireur de l’actualité. Il informe peu ou pas sur l’actualité internationale, partiellement et de façon biaisée sur l’actualité nationale.

La quasi-absence d’analyse ainsi que la déformation volontaire de la réalité (à des fins politiques) en font un programme qui ne répond pas au minimum de déontologie journalistique que l’on est en droit d'attendre de la part de la première chaine de France.

Par Denis Morineau
Médias et numérique

Evaluation finale

Les Plus

De jolis paysages
La découverte des traditions

Les Moins

Un détournement de l'information
Une déformation des réalités
Un parti-pris politique flagrant
Une infantilisation du téléspectateur

La note finale
7/20
Note finale de la rédaction
Les internautes
9/20
Moyenne des 15 note(s) d'internautes
Votre note
/ 20