Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

Le jeu des 1000 euros
France Inter

 

Quizz de Culture G

 

Enregistré en public 

                          
Diffusé de 12h45 à 13h



Évaluation Le jeu des 1000 euros

“ Un monument de l'histoire radiophonique ”

Ding (Ré)...Ding (Ré)...Ding (Ré)...Ding-Ding-Ding ! (Do-Do-Ré)

Si ce tintement métallique et cette mélodie vous sont familiers, s'il convoque en vous d'appétissants souvenirs olfactifs, c'est que vous avez régulièrement fait tinter vos couverts de déjeuner, de concert avec ceux de France Inter !

Nous parlons véritablement là d'un monument radiophonique ; du plus ancien jeu pour auditeurs sur les ondes françaises, créé il y a bientôt 60 ans par Henri Kubnick, son tout premier animateur...

De relais en relais

 Depuis, 8 animateurs se sont succédé. La 5è place mérite que l'on s'y attarde, au vu de l'ampleur symbolique que recouvrait pour des générations entières, le mythique Lucien Jeunesse. Pendant 30 ans, jusqu'en 1995, celui qui finit par incarner l'identité-même du jeu, donnait quotidiennement rendez-vous à plus d'un million d'auditeurs pour leur passer le sel de sa convivialité souriante.

Il ne manquait pas d'entonner sa rituelle formule d'entrée «Chers amis, Bonjour ! » ni celle du digestif « A demain, si vous le voulez bien ! » ou, en fin de semaine, «  A lundi, si le cœur vous en dit ! ». Son départ à la retraite aurait pu signer l'arrêt de mort de l'émission...

On n'ampute pas la France de ses monuments

C'était sans compter sur le fort degré d'identification et d'attachement des Français à cette émission culte ! Car lorsque la production souhaita la mettre hors-jeu, c'est à un flot impressionnant de protestations manuscrites qu'elle dut faire face et auquel elle dut céder. Louis Bozon prendra le relais pendant 13 ans, jusqu'à sa retraite.

En 2008, c'est Nicolas Stoufflet qui redonnera voix à cette émission pour son jubilé, ravi de quitter la case du 5-7 d'Inter qu'il animait alors, et dans laquelle il se sentait trop à l'étroit. Mener « une vie de saltimbanque », selon ses mots, lui était beaucoup plus exaltant.

Car ce jeu, rappelons-le, est avant tout nomade ! Il va de salles des fêtes en théâtres municipaux, s'installe l'été sur des places de marché, se met à l'ombre de chapiteaux... Yann Pailleret, réalisateur de l'émission et responsable du fameux compte à rebours sonore, raconte que l'orchestre du cirque Pinder accompagnait le jeu à ses tout débuts, alors appelé le jeu des 100 000 francs...

6/6

Animation / Conduite

Orientation du programme l Qualité de la langue l Distribution de la parole l Neutralité l Tonalité et esprit véhiculé

Nicolas Stoufflet, le citoyen nomade

 Nicolas Stoufflet aurait pu mener une carrière juridique toute tracée, flanqué qu'il était de parents tous deux ancrés dans le droit et la magistrature. Mais il a préféré prendre son droit chemin à lui : celui de la radio...jusqu'à saisir ce qu'il considère être une aubaine ; sillonner les routes de France à la rencontre de ses habitants et de leur culture.

Un pédagogue à la radio

 En termes de pédagogie, l'animateur s'y entend. La mise à l'épreuve des candidats ne se fait pas dans cette logorrhée euphorisante aux accents forains, caractéristique des grands jeux populaires, visant à chauffer le mercure de la compétition.

Par la tranquillité de son charisme et par ses modulations vocales pondérées, il créé une ambiance propice à la concentration

N. Stoufflet parvient, par la tranquillité de son charisme et par ses modulations vocales pondérées, à créer une ambiance propice à la concentration et à la réflexion. Dans un français très soigné, porté par une voix joviale et bienveillante, il confère à ce jeu familial et populaire une aura à la fois conviviale et paisible.

L'animateur du jeu présente la ville au début de l'émission

D'un naturel décontracté, il laisse parfois échapper sa surprise au détour d'une question peu habituelle ou cocasse. L'animateur, loin d'inciter à l'avidité d'un savoir compétitif,  s'évertue à éveiller la curiosité et l'appétence pour la Culture générale.

Le respect du citoyen-candidat

On sent aussi, dans son timbre chaleureux, dans le ton posé qu'il adopte, son profond  respect pour les candidats à l'épreuve. Ceux-ci sont d'ailleurs présentés sous l'angle de leurs intérêts tout autant que leur ancrage dans le patrimoine culturel de leur région et leurs initiatives citoyennes.

C'est d'ailleurs souvent l'occasion pour cet animateur, en humble érudit, de déclarer avec satisfaction qu'il en apprend aussi. Il n'hésite pas non plus à livrer de précieux indices au binôme de candidats en mal de réponse.

On sent dans son timbre chaleureux, son profond  respect pour les candidats à l'épreuve

Et jamais il ne se montre condescendant à l'endroit des candidats en échec, ni ne se permet de juger leurs occupations et centres d'intérêt. Au contraire, il se montre encourageant, compatissant, et d'un intérêt sincère pour ceux qu'il met en jeu.

7/7

Contenus / Apports

Descriptif et traitement des sujets l Cohérence globale l Apports en termes de connaissance(s), de réflexion, de citoyenneté

Stoufflet apporte son grain de sel

 « Surtout, ne change rien ! »,s'est entendu dire le nouvel animateur, lors de son intronisation au Jeu des 1000 euros. La résonance de l'émission chez les auditeurs était telle, qu'il paraissait en effet délicat de changer quoi que ce fût au concept !

Cependant, tout en discrétion et délicatesse, N. Stoufflet sut apporter, ci et là, un brin de modernité à une émission transgénérationnelle. Il est, par exemple, à l'initiative des devinettes portant sur des extraits de documents sonores.

Nicolas Stoufflet souriant et concentré sur le déroulé du jeu

Les auditeurs de longue date retrouvent tous les petits rituels attendus qui font la saveur de ce quart d'heure de jeu. Après la traditionnelle salutation joviale à laquelle le public répond en écho, la ville et la région d'accueil de l'émission sont mis à l'honneur avec ce qui fait leur richesse culturelle et économique. C'est aussi souvent l'occasion d'apprendre des gentilés, parfois aussi pittoresques que les paysages environnants dépeints.

Un reflet provincial

 Emboîtant judicieusement le pas à  Carnets de Campagne , le Jeu des 1000 euros vient étayer la ligne éditoriale de France Inter qui met en valeur la France des régions, des villages, ses richesses vernaculaires et ses initiatives locales, souvent ignorées des compatriotes.

L'émission fait en moyenne deux à trois enregistrements par semaine dans une ville qui aura préalablement posé sa candidature.

La participation citoyenne

 Le concept du jeu est celui d'un quizz de culture générale participatif, où les questions proviennent essentiellement des auditeurs. Seules les questions subsidiaires émanent de l'équipe de production.

Ce concept parle de la grande considération accordée à l'auditoire populaire et à son intérêt pour la Culture et les savoirs. La jeunesse n'est pas écartée puisqu' une émission spéciale lui est dédiée les mercredi de chaque semaine. Les candidats, sélectionnés le jour-même sur concours de rapidité, sont réunis en un tandem solidaire pour se concerter et répondre aux questions. Ceci témoigne d'un esprit d'émulation, plus que de compétitivité.

Les candidats, l'animateur, le régisseur et le public, tous concentrés...

Aux moments cruciaux, selon les étapes du jeu, les candidats sont encouragés par un public du cru, assistant à l'émission.

L'auditeur participatif à distance, quant à lui, ne reste pas anonyme ; son nom est annoncé, ainsi que sa ville et sa région de résidence. Certains se font même connaître pour leurs envois pléthoriques...Jusqu'à devenir recordman...

Le tricolore en questions

« Le Solanum lycopersicum, végétal plus communément appelé tomate appartient-il à la catégorie des fruits ou des légumes ? », « Quel est l'unique président français dont le mandat fut interrompu par la mort naturelle? » « Quelle machine, inventée par l'Allemand Arthur Scherbius au début du XXè siècle, permettant de  chiffrer et déchiffrer l'information, est considérée comme l'ancêtre de l'ordinateur ? »...

Les questions,  envoyées par les auditeurs, sont triées par ordre de difficulté et arborent chacune une couleur du drapeau tricolore, en commençant par le bleu pour le niveau de difficulté le plus bas. Quand l'objet de la réponse est commun, c'est dans la tournure de la question que peut résider la difficulté...Parfois truculentes, à piège ou particulièrement ardues, elles s'étendent sur tous les domaines de connaissance ; Il y en a donc pour tous les goûts !

Les questions,  envoyées par les auditeurs, sont triées par ordre de difficulté et arborent chacune une couleur du drapeau tricolore

Et maintenant, question rouge pour vous : Le Jeu des 1000 euros s'est déplacé une seule fois hors de France... mais dans quel pays et à quelle occasion? (Réponse en fin d'article !)

Que disent les règles du jeu ?

 Les règles sont assez simples : Le tandem-candidat doit répondre à une série de questions au degré de difficulté croissant, correspondant à des gains évoluant proportionnellement à la difficulté.

3 questions bleues, 2 blanches et 1 rouge, pour lesquelles les candidats - en concertation - peuvent proposer autant de réponses nécessaires pour parvenir à énoncer la bonne, en un délai de 30 secondes.

Pour 5 bonnes réponses, le tandem se voit proposer un « repêchage » : la reconnaissance d'un document sonore, limité à une seule réponse dans un délai de 15 secondes.

Si le repêchage s'avère gagnant, les candidats peuvent tenter le: banco ; nom alors scandé en encouragement par le public "Ban-co !, ban-co !"

Le Banco obtenu, les candidat peuvent se risquer à la question du Super-Banco qui double la mise. Cette question étant aussi laissée au choix des candidats, il est vigoureusement mais joyeusement plébiscité par le public qui scande alors le mythique « Su-per !, Su-per ! ».

Des gains décents

Notons que  l'immense succès pérenne qui couronne l'émission ne peut se justifier par le montant des gains mis en jeu, vu leur modestie. Les auditeurs expéditeurs de questions peuvent tout au plus escompter 45€, et les candidats, au mieux 500€, puisque le tandem se partage la mise.

Sont avant tout mis en valeur le plaisir du jeu, celui de la participation et de l'émulation en tandem

A la différence de nombre de jeux de gains télévisés ou radiophoniques de grande audience, l'annonce répétitive des gains en jeu - comme objectif ultime pour les joueurs - ne fait pas partie du parti-pris de l'émission.

Sont avant tout mis en valeur le plaisir du jeu, celui de la participation et de l'émulation en tandem. Et il est heureux de constater que ces valeurs sont largement plébiscitées par les auditeurs de France Inter et par le service public en général.

2/3

Réalisation / Montage

Qualité de la réalisation, du montage l Rythme impulsé l Pertinence des extraits sonores, des transitions l Habillage sonore

La réalisation de ce quart d'heure ludique est d'une simplicité et d'une efficacité déconcertantes. Et pour cause, l'écho orchestré du public, les étapes musicalement minutées constituent les seuls habillages sonores.Pour chaque question, c'est un glockenspiel qui fait retentir les secondes de réflexion. Ce métallophone à 4 lames fait toute l'identité sonore et emblématique du jeu.

Notons que les prises de son, réalisés dans des conditions chaque fois différentes, s'avèrent de qualité très satisfaisantes.

4/4

Impression générale

Atmosphère l Ambiance l Fluidité l Objectivité du programme l Eveil, élévation l Respect de l'auditeur

Quel défi à la modernitude ! En bientôt 60 ans, l'émission culte n'a pour ainsi dire pas bougé d'un iota, sans autre incidence sur sa part d'audience que de l'augmenter (plus de 15%!)

Son secret de jouvence (ou de Jeunesse...) : L' appel retentissant à la joie de vivre qu'elle lance fidèlement à une heure culturellement importante en France.

Le parti-pris de la Culture populaire

 A l'inverse de ses confrères, pour qui ce poste d'animateur populaire frise la ringardise et sent la mise au placard, N. Stoufflet, lui, s'est réjoui d'y être intronisé. C'est que « ce mépris pour les choses ludiques et populaires » qu'il dénonce, l'exaspère.

Pourquoi, en effet, vouloir maintenir un antagonisme entre Savoir et Culture populaire ? Entre érudition et divertissement ? D'autant plus à la grande heure de la vulgarisation des savoirs et à la pédagogie de la citoyenneté !

Ce jeu représente un indéniable emblème français, « une bannière sonore du made in France ». Les raisons sont aussi simples qu'évidentes :en se montrant proche du cœur de la France et de ceux qui l'habitent, il sait tisser un lien pérenne avec eux.

Réponse à la question rouge : Le jeu des 1000 euros, avec l'équipe de France Inter, s'est déplacé 2 jours à New-York les 8 et 9 septembre 2008 pour commémorer les attentats du 11.09.2001.

Par Aude Tessier
Sémantique, culture et médias

Evaluation finale

Les Plus

L'éveil à la curiosité

La Culture pour tous

L'ouverture à la France provinciale

Un esprit familial

Le plaisir de la participation

Mise en valeur de l'initiative citoyenne

Les Moins
La note finale
19/20
Note finale de la rédaction
Les internautes
20/20
Moyenne des 1 note(s) d'internautes
Votre note
/ 20