Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

Le canard enchainé
Le canard enchainé


Tous les mercredis

Le révélateur satirique

100 ans d'existence!



Évaluation Le canard enchainé

“ Le canard qui libère des non-dits ”

Le Canard enchainé est l’un des plus anciens titres de la presse française. Depuis son origine en 1915 et la censure dont il fût l’objet par le gouvernement Clémenceau (envers lequel le journal se montrait critique), il a frayé à travers les époques et les scandales. Depuis les années 60, le Canard s’est spécialisé dans l’investigation…

3/5

Construction et esthétique

Format l Qualité de la maquette l Structuration l Typographies

Tiré à près de 400.000 exemplaires chaque semaine, Le Canard enchainé résiste au temps grâce à un noyau de lecteurs fidèles. Son prix reste quasi-inchangé et a même baissé lors du passage à l’euro…

Le format et l’impression

Le Canard se compose de 8 pages de lecture imprimées sur 2 grandes feuilles (pliées). Dans un format de  journal traditionnel  (56 x 36 cm), l’impression est réalisée avec 2 couleurs (bichromie) : le noir et le rouge. Une sobriété et une maquette qui n’évoluent quasiment pas au fil des décennies.

Illustrations historiques

Que ce soit le logo immuable aux contours imprécis ou les canards d’illustration des manchettes, tout est d’époque! (début du XXème siècle, dessiné par l’un des premiers collaborateurs du journal).

Un mélange de typos

Le Canard enchainé ne fait pas les choses comme les autres. Dans cet esprit, ce ne sont pas une typo (police de caractère) mais plusieurs qui co-existent au sein du journal. Selon les articles, on passe de typos type « Times New Roman » à une forme plus arrondie (type Arial)…
En outre, certains articles sont écrits en partie voire entièrement en caractères gras. En y ajoutant l'italique régulièrement usité, on se retrouve avec un joyeux patchwork qui frôle l'anarchie (sans doute n'est-ce pas tout à fait un hasard)...

Le langage du Canard

Le journal a pour vocation de défendre l’intérêt du peuple français et de dénoncer les errances de ses dirigeants… Pour se faire, il utilise un langage familier, trivial ainsi que de nombreux jeux de mots (y compris dans les titres des articles). Son ancrage populaire va jusqu'à influencer certaines expressions ; "Minute papillon" est par exemple issu du Canard.

9/10

Contenus / Apports

Traitement des sujets l Réflexion et analyse l Cohérence globale l Apports en termes de connaissance(s), de réflexion, de citoyenneté

Le canard enchainé est truffé de petites rubriques, plus ou moins régulières, dont certaines font le bonheur de ses lecteurs. En voici une sélection (non exhaustive)...

La Une du Canard

Entre description, décodage et analyse de l'actualité politique (et géo-politique), la Une du Canard prend la forme d'un édito  sousla plume d'Eric Emptaz. Lucide et informé, le journaliste ne se contente pas de railler ou de moquer, il propose des réflexions (souvent) intelligentes ; un regard acéré sur l'actualité chaude.

Les interviews imaginaires

Sorte de vrai-fausse interview qui contient des déclarations réelles et d'autres entièrement inventées. L'entretien imaginaire colle à l'actualité de la semaine et s'avère souvent drôle et plein d'esprit. 

Les dessins satiriques

Marque de fabrique du journal, les dessins et illustrations satiriques ont participé à sa renommée (et à son succès). Présents à toutes les pages du journal et réalisés par 8 dessinateurs (Escaro, Pétillon, Cardon, Delambre, Kerleroux, Wozniak, Alain Ghertman et lefred Thouron), les caricatures complètent à merveille les écrits du Canard
Certains complètent un article de fond tandis que d'autres illustrent un fait d'actualité (sans contenu associé). dans la veine de Charlie Hebdo, les dessins n'ont guère de limite sinon celle de déclencher le rire  et ou le questionnement.
Bien sûr, quelques personnalités font office de chouchous des dessinateurs... On y trouve l'ex président Sarkozy, l'ex-penseur Erix Zemmour ou encore la fille de Jean-Marie Le Pen...

La mare aux canards

Cette rubrique centrale se compose elle même de plusieurs sous-chapitres :
Le premier décrit la semaine politique vue de l'intérieur. Déclarations publiques et off, indiscrétions, révélations... Tout l'arsenal du journalisme d'enqûete se met au service du décryptage de l'actualité. On y apprend beaucoup de choses sur les coulisses de la politique sans, paradoxalement, tomber dans la condamnation de l'ensemble de son personnel.
Plusieurs autres articles complètent cette mare aux canards... Cerains relèvent des faits d'actualité (rapports de la cour des comptes, commissions d'enquêtes), d'autres sont issues d'investigation du Canard lui-même. On y traite de sujets économiques, politiques, géo-stratégiques avec un ton parfois amusé, ironique et à d'autres endroits consterné.... Le tout est très bien informé, rédigé avec soin et discernement.
Enfin, les minimares sélectionne un florilège de petits phrases et allocutions, d'hommes politiques ou de médias, tout en les ponctuant de formules qui font mouche. Petites lectures, souvent savoureuses, à partager lors des pauses-cafés!

Couac couac

Cette rubrique décrit un ou une série de dysfonctionnements subi(s) par un citoyen-lecteur du journal. Ces faits-divers, a-priori anodins, nous renseignent sur des rouages administratifs peu huilés, des décisions de justice parfois ubuesques. Utile et régulièrement instructif.

Les affaires révélées par Le Canard

L'Affaire de la feuille d'impôts de Chaban-Delmas

En 1972, le Canard révèle que le Premier ministre Jacques Chaban-Delmas a utilisé un moyen légal pour ne pas payer d'impôt sur son revenu. L’affaire lui coûtera cher sur le plan politique.

1979 - L'Affaire des diamants de Bokassa

En 1979, le journal révèle que le président Valéry Giscard d'Estaing s'est fait offrir des diamants par le dictateur Jean-Bedel Bokassa. La défense de VGE est très approximative et entraine, deux ans plus tard, sa défaite lors l'élection présidentielle de 1981.

1981 - L'Affaire Papon

En 1981, le journal explique comment Maurice Papon a joué un rôle majeur dans la déportation de milliers juifs lorsqu’il était secrétaire général de la préfecture de Gironde. Il sera inculpé 2 ans plus tard de crimes contre l'humanité puis finalement condamné en 1998 à dix années de réclusion criminelle.

1993 - L'Affaire Bérégovoy

Le Canard enchaîné révèle que Pierre Beregovoy a bénéficié un prêt d'un million de francs de la part de l'industriel Roger-Patrice Pelat pour l’achat d'un appartement parisien.

Le 1er mai 1993, l'homme politique se suicide le long d’un canal dans sa circonscription. François Mitterrand reprochera à la pesse, lors de la sépulture de son ami, d'avoir « livré aux chiens l'honneur d'un homme ».

2005 - L'Affaire Gaymard

Le ministre de l'Economie Hervé Gaymard est contraint à la démission du gouvernement après les révélations du journal satirique concernant son appartement parisien. Les Gaymard étaient logés dans un vaste appartement de 600 m2 pour un loyer mensuel de 14 000 euros ; le tout à la charge de l'Etat.

2017 - L'Affaire Penelope Fillon

Fin janvier 2017, le Canard enchaîné dévoile que François Fillon a employé son épouse Penelope Fillon comme assistante parlementaire avec un montant de rémunération élevé (plus de 5.000€ bruts mensuels). Cette révélation déclenche une vaste enquête préliminaire de Police et déstabilise fortement le candidat de la droite à l’élection présidentielle.

4/5

Ligne éditoriale

Neutralité l Positionnement politique l Valeurs véhiculées l Engagements

Quel positionnement politique?

Longtemps considéré comme un journal (satirique) de gauche, Le canard enchainé s'avère avant tout un révélateur du monde politique, une caisse de résonance de notre époque. Les représentants de tous les partis en prennent pour leur grade et nul ne semble réellement épargné par le travail de mise au jour du journal.

Valeurs véhiculées

Les valeurs du Canard sont diverses : la transparence à tout prix pourrait être son étendard mais ce n'est pas tout. Le journal défend, aussi, une certaine idée de la démocratie où la justice sociale et la dimension citoyenne sont mises en exergue.
Enfin, le droit à la dérision, à l'humour (noir) et à la caricature en font un outil essentiel pour une démocratie centenaire...

Par Denis Morineau
Médias et numérique

Evaluation finale

Les Plus


Outil de démocratie

Subversif et réjouissant

Hors du temps

Zéro marketing

Les Moins


 

La note finale
16/20
Note finale de la rédaction
Les internautes
17/20
Moyenne des 7 note(s) d'internautes
Votre note
/ 20