Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

L'Humanité
L'Humanité

Journal du parti communiste



Évaluation L'Humanité

“ Le prix de la survie ”

L’Humanité est fondé en 1904 par le socialiste Jean Jaurès. Pour son fondateur, ce quotidien doit être un outil de rassemblement de toutes les branches de la gauche française. Fédérateur, L’Humanité doit également être porteur de deux valeurs primordiales : l’indépendance éditoriale et financière.

Jean Jaurès insistera sur ce point dans son premier édito en écrivant que ce journal devra donner « à toutes les intelligences libres le moyen de comprendre et de juger elles-mêmes les évènements du monde ». Léon Blum, Aristide Briand et de nombreux intellectuels socialistes ont collaborés aux premières parutions.

En 1905, la création de la SFIO marque un tournant dans l’Histoire de la gauche française. L’unification des branches socialistes du pays conforte la vocation de ce quotidien d’opinion qui peut donc accomplir son rôle sans craindre de conflits internes. Le contexte national et international en 1910 n’augure rien de bon et l’Humanité se positionne fermement en invoquant l’idéologie de la SFIO. Le parti adopte une attitude pacifiste et antimilitariste face à une situation qui préfigure le conflit à venir.

En 1914, Jean Jaurès est assassiné par le nationaliste Raoul Villain. L’Humanité perd son fondateur et avec lui ses valeurs fondamentales. Durant la première guerre mondiale, les pages de ce quotidien seront consacrées aux récits des tranchées et les papiers axés sur la défense de la république Française.

Mais c’est en 1920 qu’un évènement décisif va marquer durablement l’Histoire de ce quotidien. Cette année là, se déroule le Congrès de Tours. La SFIO est profondément divisée et la branche communiste décide de s’autonomiser en créant son propre parti : la section française de l’internationale communiste qui deviendra le PCF. L’Humanité rejoint la majorité et devient l’organe de presse officielle du parti communiste. Parti qui contrôlera dorénavant sa ligne éditoriale.

3/5

Construction et esthétique

Format l Qualité de la maquette l Structuration l Typographies

L’Humanité est au format Tabloid dans des tons majoritairement rouges et noirs ce quotidien reste assez classique dans sa forme.  Les catégories et les rubriques sont agencées de manière traditionnelle.

Une vingtaine de pages pour reprendre l’actualité dans ce quotidien très marquée à gauche. La typographie utilisée et le choix des infographies sont assez proches de celles du quotidien Libération. Serait-ce une volonté de créer dans l’inconscient collectif un sentiment d’appartenance à un mouvement idéologique ? Toujours est il que cela donne le ton dès les premières pages.

Les Unes de l’Humanité se sont nettement adoucies au fil des parutions. Il y a encore quelques années ce quotidien privilégié les images chocs, lourdes de sens et au fort potentiel émotionnel.

On se rappellera de cette photographie en Une de l’édition du 7 Janvier 2009 montrant le visage d’un enfant mort enseveli sous les gravas dont on ne voyait que le visage tuméfié. Pierre Laurent, président du PCF et alors rédacteur en chef de l’Humanité avait essuyé de nombreuses critiques face à ce choix éditorial. L’Humanité se montre aujourd’hui plus nuancé.

6/10

Contenus / Apports

Traitement des sujets l Réflexion et analyse l Cohérence globale l Apports en termes de connaissance(s), de réflexion, de citoyenneté

L’Humanité datée du 5 décembre 2016 est assez exemplaire de la ligne directrice de ce quotidien. Il faut dire que l’actualité de ces dernières semaines à de quoi donner de l’urticaire à la gauche française et internationale. La mort de Fidel Castro, les présidentielles autrichiennes et l’annonce fracassante de François Hollande ; une avalanche de sujets brulants pour ce quotidien engagé.

En une de cette édition, une photo plutôt sobre mais lourde de sens. On y voit François Hollande et Manuel Valls, la mine grave et le regard baissé, dominés par une masse sombre et floue. Prise en contre plongée, cette photo volontairement énigmatique se voudrait elle prophétique?

En tête de Une, deux encarts : l’un annonçant la victoire du candidat vert aux élections autrichiennes, intitulé sobrement « Ouf ! L’extrême droite est battue (…) ». Le deuxième, plus grand et illustré par une photo, nous indique que nous pourrons lire en page 11 un article consacré aux hommages rendus à Fidel Castro et plus globalement aux témoignages d’un peuple acquis aux discours révolutionnaires.

La messe est dite.

Avant de nous consacrer à la lecture des pages « Evénement » nous nous arrêtons sur la page 2 du quotidien. Cette rubrique intitulée « La géographie de l’humanité » reprend sous forme d’infographies et de petits bulletins, des informations qui touchent les valeurs humanistes. Plusieurs catégories sont déclinées comme les « sciences », la « citoyenneté » et même la « protection animale ». Cette première entrée en matière permet d’ancrer de manière plutôt subtile (et informative) la position idéologique de ce quotidien.

De manière plus classique nous retrouvons ensuite les pages événements. Ici quatre pages consacrées à « la peur du vide » des militants de gauche après le discours de François Hollande dans lequel il annonce sa décision de ne pas se représenter à l’élection présidentielle. Viennent ensuite les pages « Le monde en mouvement »  qui en direct de la Havane, couvrent les cérémonies d’hommage à Fidel Castro. 

Deux pages sont ensuite consacrées à la rubrique « Débats et controverses » dans lesquelles de nombreux collaborateurs viennent s’exprimer librement sur des sujets divers et variés.  Viennent ensuite les rubriques  « Soyons sports » et « culture et savoirs » respectivement dédiées à l’actualité sportive et culturelle.

3/5

Ligne éditoriale

Neutralité l Positionnement politique l Valeurs véhiculées l Engagements

« Nous vous devons la vérité, l’Humanité est en danger (…) L’Humanité ne tient que grâce à votre soutien. Et aujourd’hui, avouons-le, elle ne tient qu’à un fil » déclarerait Patrick Le Hyaric, dans un article intitulé « l’alerte »  en date du 10 mars 2016. Le directeur de la publication met en avant dans les pages de l’Humanité les graves difficultés rencontrées par le quotidien. Les renouvellements et les demandes d’abonnement ont considérablement baissés ces dernières années, compromettant dangereusement la survie de cette publication engagée.

Les renouvellements et les demandes d’abonnement ont considérablement baissés ces dernières années

Pour comprendre les raisons du déclin de l’Humanité, une petite mise au point sur la ligne éditoriale s’impose.

Il est loin le temps des Unes à l’effigie de Staline et pourtant l’Humanité est marqué par cet héritage idéologique. Depuis quelques années le quotidien s’est pourtant détaché du parti et la plupart de ses rédacteurs ne sont ni encartés ni militants. Malgré tout, L’Humanité reste associé à des valeurs d’extrême gauche et le déclin du PCF l’a entrainé dans sa chute.

Le parti communiste ne parvient plus à rassembler et connaît un recul électoral sans précédent. L’Humanité subit de plein fouet la désertion des militants communistes. De quoi se demander si la ligne éditoriale de l’Humanité, très marquée à gauche, ne ferait pas fuir son lectorat qui se sentirait en désaccord avec certaines positions. Sans doute, mais pas que.

En plus d’une identité quelque peu troublée, L’Humanité peine à assurer de manière pérenne sa mutation numérique. Paradoxalement, il fût le premier quotidien français à se doter d’une plateforme web (dès 1996). Mais, encore une fois, les problèmes financiers que rencontre la publication compromettent la concrétisation d’un projet digital cohérent. C’est le serpent qui se mord la queue.

L’Humanité souffre aujourd’hui de son positionnement idéologique dans la sphère politique et médiatique. Trainant son image militante comme un boulet, cette publication peine à se renouveler tout en conservant son essence populaire.

Trainant son image militante comme un boulet, cette publication peine à se renouveler

La question que l’on pourrait alors se poser est simple : reste t’il une place dans un paysage médiatique aux offres multiples pour un quotidien d’opinion et populaire? La disparition de ce titre historiqueet emblématique viendrait compromettre un pluralisme nécessaire à la presse française.

Par Chloé Pangrazzi
Culture, images et nouveaux médias

Evaluation finale

Les Plus

Un engagement authentique

Les Moins

Une image vieillote

Un journal peu moderne

 

La note finale
12/20
Note finale de la rédaction
Les internautes
18/20
Moyenne des 8 note(s) d'internautes
Votre note
/ 20