Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

JT de 20 heures de D.Pujadas
France 2

 

 

15 ans de JT pour le présentateur

 

Du lundi au jeudi

 

35 minutes d'informations



Évaluation JT de 20 heures de D.Pujadas

“ Rigueur, pédagogie et bienveillance ”

De grandes figures du journalisme français ont occupé le siège, très convoité, de présentateur du 20 heures de France 2. De Patrick Poivre d'Arvor (de 1976 à 1985) à Christine Ockrent qui a été la première femme à ce poste durant 6 années ; de Bernard Rapp à Bruno Masure (1990 à 1997) ou encore Paul Amar pendant 2 ans…

En 2001, le nouveau directeur de l'information (Olivier Mazerolle) choisit David Pujadas, alors journaliste à LCI, pour présenter le 20 heures. Les fortes réticences du début ont laissé place, progressivement, à une appréciation positive des journalistes de la rédaction à l’endroit de ce présentateur à l’implication constante.

Les audiences du JT de 20 heures progressent, depuis plusieurs années, jusqu’à venir taquiner celles de TF1, pourtant longtemps considérées comme inaccessibles

5/5

Animation / Conduite

Orientation du programme l Qualité de la langue l Distribution de la parole l Neutralité l Tonalité et esprit véhiculé

David Pujadas est aux commandes du 20 heures de France 2 depuis 15 ans. Il incarne un journalisme exigeant, responsable et pédagogique.

A une époque où certain(e)s journalistes peuvent confondre la mise en avant de l’information et celle de leur propre personne (en starifiant la position journalistique), on appréciera tout particulièrement cette capacité de David Pujadas à se mettre au service de l’information (et non l’inverse).

Neutralité et bienveillance

La neutralité absolue n’existe pas mais il faut bien admettre que le présentateur anime son journal d’une manière globalement objective et distancée. Les différentes séquences du JT sont conduites avec précision et application. La tonalité et le discours se veulent claires et bienveillants.

On appréciera particulièrement cette capacité de D.Pujadas à se mettre au service de l’information

David Pujadas maintient un lien, avec les téléspectateurs, au travers d’un regard constant et relativement doux. On perçoit l’intention d’expliquer, d’accompagner tout en maintenant un rapport adulte avec celles et ceux qui suivent le journal.

Sémantique et débit de parole

Un effort tout particulier se constate autour à la sémantique employée. Les mots sont consciencieusement choisis pour expliquer sans heurter, pour relater sans manquer de respect aux protagonistes. Le vocabulaire utilisé s’avère globalement diversifié. La description des sujets et la présentation des reportages sont particulièrement soignés et apportent une impression de travail bien fait, chiadé.

Le débit de parole s’est légèrement accéléré depuis 10 ans ; phénomène que l’on constate sur la quasi-totalité des médias (hors France Culture). Néanmoins, la parole reste intelligible, la prononciation de qualité et les intonations facilitent la compréhension générale.

David Pujadas présente Le choix du 20 heures

Le présentateur insiste sur certaines syllabes ou mots et nous permet, le plus souvent, de mieux cerner et entendre les enjeux majeurs. Bien sûr, par ces inflexions, on peut parfois percevoir (à demi-mot) les convictions du journaliste ; mais toujours dans la subtilité.

Le téléspectateur impliqué et respecté

L’une des marques de fabrique de David Pujadas est sa manière d’impliquer les téléspectateurs. Il emploie régulièrement des termes tels que « Comme vous le savez » ou encore « Nous vous en parlions… » qui dénotent une volonté d’associer le téléspectateur, de ne pas le limiter à un simple de réceptacle de l’information.

En outre, on ne peut que souligner les efforts déployés pour que les téléspectateurs se sentent respectés : précaution dans les formulations, explications de termes, douceur dans la prononciation…

Recul, réflexion et analyse

D’une façon générale, on constate une volonté de réflexion et d’analyse. Mise à part la part grandissante prise par les faits divers (à l’instar de l’ensemble des médias depuis 15 ans), une majorité des sujets sont abordés avec recul et précaution. 

D’une façon générale, on constate une volonté de réflexion et d’analyse

Cette approche, indispensable pour permettre aux téléspectateurs de penser et de ne pas juste de réagir par l’émotion, doit être saluée et encouragée. Encore plus à une époque où certains médias glissent vers le sensationnel voire l'hystérisation de l'information.

Valeurs citoyennes et républicaines

David Pujadas valorise clairement les dimensions citoyennes, républicaines et laïques. En cela, il incarne tout à fait la culture d’un média de service public. Là encore, cette propension ne se retrouve pas dans tous les médias et s’avère précieuse tant l’approche individualiste et consumériste menace le modèle du « vivre ensemble » hexagonal.

Interviews respectueuses

Enfin, on apprécie également la manière d’interroger et d’interviewer ; en plateau ou à distance. L’interviewé(e) est mis à l’aise, n’est pas jugé et dispose, dans une majorité des cas, d’un temps de parole satisfaisant. On est loin de la pression et ou de l’agressivité de certains journalistes et, là encore, cela contribue à une information apaisée ; indispensable pour pouvoir comprendre et réfléchir.

6/7

Contenus / Apports

Descriptif et traitement des sujets l Cohérence globale l Apports en termes de connaissance(s), de réflexion, de citoyenneté

L’actualité internationale

L’un des points forts du JT de 20 heures de France 2, le traitement de l’actualité internationale, demeure de très bonne facture.

Les correspondants européens sont souvent excellents, c’est le cas notamment de Loïc de La Mornais à Londres ou de François Beaudonnet à Rome (ex- correpondant à Bruxelles pour l’union européenne). Ceux-ci proposent des éclairages essentiels, sur un mode pédagogique, avec quelques traits d’esprit ou d’humour bienvenus.

On ressent une fibre démocrate et européenne, dans la ligne éditoriale (du 20 heures de France 2) qui dénote du climat, frileux voire défensif, relayé dans d’autres JT télévisés. Les partisans d’une Europe ouverte et progressiste seront ravis, les autres crieront au manque de fierté nationale.

Duplex entre le plateau du JT et Loïc De la Mornais

La couverture des zones de conflits et de guerre varie selon les possibilités de la rédaction d’envoyer des reporters sur place (ou non). Certains reportages sur les lignes de front, notamment dans la guerre contre l’EI, s’avèrent de toute première qualité. Notons que les bureaux à Jerusalem (Franck Genauzeau) ou encore aux Etats Unis (Jacques Cardoze) permettent des reportages et récits pédagogiques et facilitent la compréhension des grandes questions géo-politiques.

L’actualité politique

Sans démagogie ni sens de la polémique, la rédaction politique de France 2, menée par Nathalie Saint Cricq (dont les interventions en plateau manquent parfois de nuance), offre un traitement très satisfaisant des questions politiques.

Longtemps taxé de proximités à l’endroit de la gauche, on constate une globale neutralité dans les réflexions et commentaires, à quelques exceptions près. Nicolas Sarkozy, par exemple, appréciait assez peu de journalistes de la chaine et ceux-ci le lui rendaient bien.

Les éléments clefs sont mis en exergue et la faible place pour le buzz fait mieux respirer le débat démocratique

Les décisions gouvernementales, (en)jeux politiques et déclarations majeures se trouvent relayées, le plus souvent avec précaution et justesse. Les éléments clefs sont mis en exergue et la faible place pour le buzz fait mieux respirer le débat démocratique.

Mentions spéciales pour Maryse Burgot qui, après avoir couvert l’actualité américaine, suit avec talent et bienveillance la présidence de la république. Ainsi que Sophie Brune qui s’avère souvent excellente dans ses commentaires et analyses (le plus souvent en déplacement).

Les questions de société / sociales

Les faits et enjeux de société se voient fortement relayés dans le JT de France 2. Comprendre les évolutions de notre société, tenter de décrire et comprendre l’époque… Tels sont les objectifs de journalistes qui, il faut l’admettre, doivent se faire le porte-voix de notions subtiles.

On pourra regretter la faible contribution de sociologues et psychanalystes pour éclairer les sujets de société

Les reportages s’avèrent de qualités diverses et fluctuent selon le sujet (et la maitrise de celui-ci par le journaliste en charge de son traitement). Cependant, l’intention de se faire le relais et le miroir des pratiques, mœurs et nouvelles manières de vivre (familles recomposées, couples homosexuels, croyances, convictions, pratiques amoureuses…) traduit une approche moderne et citoyenne très respectable.

On pourra néanmoins regretter la faible contribution de sociologues, psychologues et psychanalystes pour éclairer les sujets de société au contraire des psychiatres et neurologues, omniprésents dans les reportages.

L’actualité économique

En forte progression depuis 8 ans (voir notre article « L’économie dans les JT »), l’économie représente le 3ème thème le plus représenté par le JT de France 2. Il a fallu opérer une évolution stratégique et culturelle, au sein de la rédaction de France 2, pour donner à cette thématique la place qu’elle n’avait pas jusqu’à la crise de 2008.

Le présentateur lance un sujet sur les droits des salariés

Hormis le démagogique « Chariot de France 2 » (censé mesurer l’inflation mais dont la représentativité était quasi-nulle), on ne peut que saluer les efforts des équipes de journalistes qui offrent des sujets et analyses de qualité.

Autour d’un François Lenglet très compétent (quoique parfois catégorique dans ses affirmations), de nombreux journalistes proposent des sujets de qualité sur la consommation, les chiffres de l’économie, la vie des entreprises ou encore les fonctionnements de la finance. 

Les faits divers

Le traitement des faits divers a été multiplié par 2, dans les JT de France 2, depuis 10 ans. Objectivement, rien ne justifie cette inflation hormis les stratégies d’audience. En effet, les actes sordides (meurtres, viols) ne sont pas en augmentation en France sur la même période.

En plus de renvoyer des images angoissantes et terrorisantes de la société, ces sujets n’apportent le plus souvent aucun recul ou éclairage susceptible de réfléchir sur les enjeux. On ne pourra donc que regretter, en tant que citoyens téléspectateurs, que ces dimensions de l’information soient à ce point mises en avant au détriment d’autres sujets nettement plus essentiels pour la compréhension du monde.

La Culture

Sur France 2, la plupart des sujets Culture concerne des artistes déjà reconnus : chanteurs, acteurs ou écrivains à forte notoriété. Néanmoins, certaines découvertes sont proposées avec des reportages régulièrement passionnants. Les portraits sont très bienveillants, parfois proches de la complaisance ; on y découvre toutefois assez bien les univers des personnalités artistiques et culturelles.

Reportage sur Frida Kahlo exposée au Grand Palais

Les journalistes du service Culture s’autorisent quelques métaphores ou allégories qui permettent aux téléspectateurs de respirer, de s’évader et d’introduire du symbolisme au sein d’une actualité parfois lourde.

photo

On regrettera néanmoins une couverture théâtrale assez réduite en comparaison des richesses de la production française (l’une des plus créative au monde).  

L’œil du 20 heures

L’investigation s’invite au JT de 20 heures depuis 2 saisons. Composé d’une petite équipe de journalistes, la séquence offre un regard décalé sur un fait d’actualité, une pratique politique ou l’évaluation d’un engagement gouvernemental.

Tournage d'une séquence de l'Oeil du 20 heures

Pas toujours simple d’enquêter lorsqu’on doit réaliser plusieurs sujets par semaine. Néanmoins, l’œil du 20 heures remplit globalement sa mission. Les traitements sont sérieux, les informations recoupées et les journalistes n’hésitent pas à griller quelques politesses pour obtenir les informations nécessaires. Du bon travail.

Seul petit bémol, la tendance parfois marquée, de la part de certains membres de l’équipe, à se mettre en scène dans les reportages. Pas toujours indispensable pour nous informer…

3/3

Réalisation / Montage

Qualité de la réalisation, du montage l Rythme impulsé l Pertinence des reportages et extraits l Habillage visuel et sonore

L’époque des lancements de reportages ratés, des problèmes de transmission ou des traductions décalées est presque révolu. Les équipes techniques de France 2 (monteurs, régisseurs, preneurs de son, caméramans) réalisent globalement un travail de qualité.

Les problèmes techniques surviennent mais s’avèrent relativement rares. La grande majorité du temps, le JT se déroule sans accroc particulier et avec une fluidité tout à fait appréciable.

Notons la présence de la réalité augmentée, pas toujours simple à utiliser pour qu’elle offre une vraie valeur ajoutée. Elle permet tout de même d’intéressantes simulations et illustrations.

Explication illustrées lors de la primaire de la droite

Enfin, la présence de journalistes debout, pour préciser des questions (sociétales, économiques, écologiques…) apporte un rythme intéressant. Les tableaux interactifs et autres espaces de projection autorisent des compléments souvent appréciables aux reportages ou présentations de David Pujadas.

4/5

Impression générale

Atmosphère l Ambiance l Fluidité l Objectivité du programme l Eveil, élévation l Respect du téléspectateur

Le JT de la semaine de France 2, du lundi au jeudi, remplit globalement très bien ses missions de service public. Les téléspectateurs sont informés de façon relativement précise ; les grandes questions internationales sont traitées même si de nombreux pays et régions ne sont quasi-jamais mis en avant (en dehors des accidents et autres attentats terroristes).

L’économie est devenu l’un des points forts de la rédaction alors que cette thématique était à la traine il y a encore quelques années.

Hormis une sur-présence des faits divers et autres catastrophes, les grands faits d’actualité sont décrits et analysés d’une façon satisfaisante et sans parti-pris. On apprend, on comprend et on se sent respecté en tant qu’adulte citoyen, c’est déjà beaucoup en 35 minutes de journal.

En comparaison des autres grands pays européens, France 2 propose, du lundi au jeudi, l’un des meilleurs journaux télévisé d’information.

Par Denis Morineau
Médias et numérique

Evaluation finale

Les Plus

Une information claire

Une écriture précise 

La dimension pédagogique

La qualité des reportages

Les Moins

Trop de Faits divers

Peu de sociologues et psychologues

La note finale
18/20
Note finale de la rédaction
Les internautes
16/20
Moyenne des 10 note(s) d'internautes
Votre note
/ 20