Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

J’irai dormir chez vous
France 5

 

Aventures et découvertes

 

Documentaire incarné

 

12 années d'existence



Évaluation J’irai dormir chez vous

“ Antoine ne s'endort pas sur ses lauriers ”

J’irai dormir chez vous est une émission réalisée par Antoine de Maximy et produite par Bonne Pioche. Depuis 2004, l’émission fut diffusée sur les chaînes Voyage puis Canal plus et France 5. L’originalité du concept et la sympathie naturelle d’Antoine de Maximy suscitent l’intérêt des téléspectateurs qui restent fidèles à cette émission depuis plus de douze ans.

4/5

Animation / Conduite

Orientation du programme l Qualité de la langue l Distribution de la parole l Neutralité l Tonalité et esprit véhiculé

Antoine de Maximy est le baroudeur le plus célèbre du PAF. Sourire aux lèvres et chevelure hirsute, Antoine de Maximy est un personnage sympathique. Voyageur dans l’âme, cet insatiable curieux sillonne depuis de nombreuses années les quatre coins de la planète, caméra au poing.

De contrées lointaines aux rues parisiennes, Antoine de Maximy part à la rencontre d’anonymes dans l’espoir de se voir offrir le gîte et le couvert. Au gré de ses voyages, Antoine de Maximy s’est invité chez toutes sortes de personnages. Cette démarche, sincère, est guidée par l’unique envie de replacer l’humain au cœur du voyage.

De rompre aussi avec les usages touristiques traditionnels. Affublé de son drôle d’appareillage, il arpentera plus d’une trentaine de pays. Freiner ni par le danger, ni par les barrières du langage, ce globe trotter trimballe sa spontanéité et son humilité avec comme seule devise «  si rien n’est prévu, tout est possible ».

Il faut dire qu’Antoine de Maximy est rompu à l’exercice, les voyages font partis de son ADN. Il est d’abord recruté au service cinéma de l’armée à l’âge de dix sept ans alors qu’il vient d’être renvoyé de son lycée. Il deviendra par la suite grand reporter pour CBN news et couvre la guerre civile à Beyrouth ainsi que celle opposant l’Iran à l’Irak.

A. de Maximy réussit à se mettre en scène tout en conservant son statut de témoin, vierge de tout et sans apriori

Tour à tour, journaliste, cadreur, ingénieur du son et réalisateur, ce touche à tout était prédestiné à devenir l’homme-orchestre du reportage télévisé. Antoine de Maximy réussit à se mettre en scène tout en conservant son statut de témoin, vierge de tout et sans apriori. Ses périples n’ont pas pour vocation de dénoncer ou de véhiculer un message politique, ils se découvrent comme des carnets de voyages, se lisent comme des récits.

5/7

Contenus / Apports

Descriptif et traitement des sujets l Cohérence globale l Apports en termes de connaissance(s), de réflexion, de citoyenneté

La genèse

Lorsqu’Antoine de Maximy décide de proposer son concept aux chaînes de télévision, l’accueil n’est pas très enthousiasmant. Personne ne croit au potentiel de l’émission. Opiniâtre, Antoine de Maximy est pourtant persuadé de tenir quelque chose. Il finira par trouver des coéquipiers prêts à l’accompagner sur le projet.

La société Bonne pioche et la chaîne Voyage s’associent pour financer l’émission. Face au succès des premiers numéros, France Télévisions rejoindra l’aventure dès la deuxième saison. Pour son premier voyage, Antoine de Maximy se rend au Mali. Les habitants ont la réputation d’y être chaleureux et hospitaliers.

A cette époque, Antoine de Maximy n’a testé le dispositif que sur les marchés parisiens et ne sait pas comment il va être accueilli sur place. Car le pari un peu fou de cette émission c’est que rien n’est réellement préparé. Pas de feuille de route, pas d’équipe. Antoine de Maximy est seul avec une simple réservation d’hôtel en poche au cas ou il devrait se retrouver à dormir dehors.

La plupart du temps, il connaît peu de choses du pays dans lequel il se rend et seul son itinéraire est balisé. Selon lui cette méthode permet de se laisser porter par les aléas du voyage et des rencontres. Cela renforce dans le même temps la sensation, pour le téléspectateur, d’être face à un véritable carnet de route.

A. de Maximy ne sait jamais comment va se dérouler son périple, ni même sur qui il va tomber

La recherche d’authenticité est au cœur de cette démarche. Car si le concept même de l’émission pourrait la rapprocher de quelques autres comme  Rendez vous en terre inconnue  par exemple, ici rien n’est scénarisé à l’avance. Antoine de Maximy ne sait jamais comment va se dérouler son périple, ni même sur qui il va tomber. Cela lui a d’ailleurs valu quelques déconvenues.

Lors de son deuxième voyage au Québec, il rencontre un Inuit qui vraisemblablement à un petit penchant pour les substances illicites. Ce dernier lui casse son matériel et Antoine de Maximy doit finir son tournage avec une caméra en piteux état. Si cette anecdote peut sembler cocasse, des événements bien plus dramatiques ont perturbés ces différents voyages.

Alors qu’il se trouve en Bolivie, il se fait alpaguer par une fausse policière qui veut lui subtiliser son matériel. Il en sortira indemne mais devra quitter le pays précipitamment à cause des tentatives d’intimidation proféraient par l’entourage de cette dernière.

S’en suivent des menaces à la machette sur l’île de Vao et une fusillade sur l’île de Sainte Lucie. Mais rien ne semble arrêter ce voyageur dont l’envie et l’enthousiasme ne se sont jamais érodés. Au gré de ses voyages, il a récolté de fabuleux témoignages, recueilli des informations sur le mode de vie, les coutumes de peuples en plaçant l’intime et l’humain au cœur des ses récits.

Les déclinaisons de l’émission

Face au succès de l’émission, Antoine de Maximy se lancera dans l’aventure cinématographique en 2008 avec J’irais dormir à Hollywood qui sera d’ailleurs nommé aux Césars dans la catégorie meilleur film documentaire.

Le concept est le même que dans sa série d’émission mais il s’y est imposé une mission : réussir à dormir chez une star. Il sillonne donc les Etats Unis, pays qui n’avait jamais été visité dans J’irais dormir chez vous, afin de gagner son pari. Il renouvelle l’expérience en 2011 avec J’irais dormir à Bollywood qui sera cette fois destiné au petit écran. Son troisième long métrage intitulé J’irais dormir chez l’homme qui brûle, diffusé sur France 5, sera quant à lui consacré au festival Burning Man.

Vers l’interactivité et le web

Alors que se prépare la cinquième saison de l’émission, Antoine de Maximy se lance dans une nouvelle aventure : le direct. Cette émission spéciale est intitulée J’irais dormir sur le web. Il sillone alors les rues de Paris durant deux heures à la rencontre des habitants de la ville.

L’émission est diffusée sur le web et les internautes interagissaient avec Antoine de Maximy, lui proposant d’aller à tel ou tel endroit. Le succès est sans appel. Il retente ainsi l’expérience en 2015 mais cette fois ci en direct à la télévision.

Diffusée sur France 5, cette émission était consacrée à la découverte de la ville d’Arras. Cette fois ci, et pour la première fois, un caméraman le suit et il est équipé d’oreillettes pour garder le contact avec les téléspectateurs et internautes qui le guide dans son périple.

3/3

Réalisation / Montage

Qualité de la réalisation, du montage l Rythme impulsé l Pertinence des reportages et extraits l Habillage visuel et sonore

Le dispositif utilisé par Antoine de Maximy est totalement novateur. Il est équipé de deux caméras. Une est dirigé vers lui grâce à un bras articulé et l’autre est dirigé sur ce qu’il voit. Cette technique lui permet de ne pas avoir d’équipe et de conserver une certaine proximité avec ses interlocuteurs.

L’appareillage reste malgré tout un peu lourd et il ne peut pas passer inaperçu. Au commencement de l’aventure, l’idée d’une caméra cachée fut évoquée mais rapidement balayée par Antoine de Maximy qui trouvait que ce dispositif nuirait à sa démarche.

La self-caméra de l'animateur (Barbade - Caraibes)

Le montage est une étape particulièrement important dans la construction de cette émission. En effet, les voyages (sauf exception) durent une quinzaine de jours dont il faut extraire seulement 52 minutes d’émission. Antoine de Maximy n’intervient pas directement durant la post production.

Il laisse le soin à un monteur professionnel de se charger de sélectionner les meilleurs instants et c’est seulement après quelques semaines, le temps sans doute de prendre le recul nécessaire, qu’il rejoint les équipes pour finaliser le montage. Le pari est de réussir à sélectionner les vrais instants de rencontre, sans omettre les moments de flottements qui font aussi parti du voyage.

3/5

Impression générale

Atmosphère l Ambiance l Fluidité l Objectivité du programme l Eveil, élévation l Respect du téléspectateur

J’irai dormir chez vous est une émission audacieuse. Si comme d’autres concepts du genre, elle a pu essuyer quelques critiques, certains pointant du doigt un caractère démagogique, voire condescendant, J’irais dormir chez vous, conçue bien avant toutes les autres, semble pourtant véritablement sincère et authentique.

Toutefois, il est vrai que cette émission a les défauts de ses qualités, en jouant sur les aléas du voyage, sur les rencontres, le tout sans fil rouge, il est parfois arrivé que le résultat soit quelque peu ennuyeux. Les équipes ont eu le mérite de développer le format afin de le rendre plus attractif mais l’on peut se demander si ces multiples déclinaisons ne risquent pas d’éroder le concept qui commence déjà à perdre de sa fraicheur et de son originalité.

Par Chloé Pangrazzi
Culture, images et nouveaux médias

Evaluation finale

Les Plus

Un Antoine ouvert et généreux

Une invitation au voyage

Des initiatives audacieuses

Les Moins

Le forcing pour s'imposer chez l'habitant

Le concept un peu répétitif

La note finale
15/20
Note finale de la rédaction
Les internautes
15/20
Moyenne des 4 note(s) d'internautes
Votre note
/ 20