Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

Historia
Historia


Fondé en 1909

L'histoire vulgarisée

Tirage :  51.000 ex.



Évaluation Historia

“ La vulgarisation qui élève ”

On peut dire qu'Historia est un des dinosaures de la presse-magazine française !

Fondé à Paris en 1909 par un ancien libraire et éditeur (Jules Tallandier), ce mensuel parut pour la première fois sous le titre aguicheur  "Lisez-moi". Composé à l'origine de récits d'aventures pour jeunes lecteurs, il se décline par la suite en versions plus érudites adressées à un lectorat adulte. Son aïeul avait pour titre "Lisez-moi- Historique" , sous-titré "Historia " ( nom latin emprunté au grec ancien signifiant  "enquête" ...)

Fait remarquable, il cesse d'apparaître entre 1937 et 1945, donc bien avant l'Occupation.

Recréé tout juste un an après la Libération par Maurice Dumoncel, ce n'est qu'en 1956 qu'il adopte son nom actuel. Il a désormais pour devise que « le passé éclaire le présent ». Historia s'impose alors comme le leader des magazines de vulgarisation d'après-guerre, avec un pic de ventes en 1960 de 300.000 exemplaires !.

La société Sophia Publications ( La Recherche, L'Histoire et le Magazine Littéraire) s'est ensuite chargée de l'édition du magazine pour en céder les droits au groupe Perdriel (Challenges, Sciences & Avenir...) en 2016.

Ce mensuel a toutefois conservé sa ligne éditoriale de longue date; celle de rendre l'histoire accessible au grand public en suscitant sa curiosité et son désir d'apprendre.

Eric Pincas, son jeune rédacteur en chef, dirige une équipe brillante d'historiens connus et de journalistes spécialisés.

5/5

Construction et esthétique

Format l Qualité de la maquette l Structuration l Typographies

Un objet plaisant

Historia, par son moyen format (petit A4) et sa couverture de papier glacé, se présente comme un  objet de lecture plaisant et agréable à feuilleter. De plus, le grammage de ses 95 pages est assez fort pour un bon rendu visuel des nombreuses reproductions et photographies qui le composent.

Une identité visuelle sobre et classique

Des caractères blancs sur un bandeau rouge vif, telle est l'identité visuelle d'Historia. Les abonnés et habitués auront remarqué que le logo a été quelque peu modifié depuis le printemps 2016 :
Sur le bandeau rouge aujourd'hui raccourci de moitié, le nom s'affiche en caractères plus épais et sans empattement (épaississement aux extrémités d'un caractère d'imprimerie). Autres modifications apportées; l'adresse du site internet affilié apparaît désormais sur le H majuscule et le slogan, qui sous-titrait le nom, a disparu au profit du mot magazine. Cette présentation, plutôt classique, s'assimile aux grands magazines d'information nationaux (le Point, Marianne, l'Express...). 

Une structuration claire

La composition d'Historia se présente d'emblée claire, aérée et esthétique. Tout, en effet, semble être conçu pour faciliter, orienter et agrémenter la lecture. La page de couverture concentre l'attention du lecteur sur le thème faisant la Une du mois. De fait, un seul gros-titre s'étend  généralement sur une illustration grand-format (le détail d'un tableau ou celui d'une photo d'archives). Quelques détails du sommaire viennent parfois s'ajouter discrètement en coin, en bandeau ou en bordure du magazine.
Dans le sommaire
Le sommaire, visuellement attrayant, est réparti sur 2 pages :
Les rubriques principales sont introduites par le numéro de la page afférent. A gauche, ce sommaire est repris sous forme illustrée, composé de rectangles de tailles diverses. Le numéro de page s'y affiche en grand dans une belle typo à empattement fin. Sous chaque rubrique, les thèmes abordés s'affichent en plus petits caractères.

En plus de permettre une meilleure orientation de lecture, cette composition apporte une touche de modernité à l'ensemble. En pied-de-page du sommaire, apparaît le portrait de chacun des auteurs et contributeurs, accompagné d'une mini-biographie, ce qui donne un caractère sympathique et humain au magazine.
Dans le corps du magazine
Ainsi que l'augure le sommaire, le lecteur n'a pas de difficulté à se repérer ni à dissocier les différents écrits dans ce qui constitue le corps du magazine. De fait, les articles sont généralement titrés en caractères gras et les thèmes traités, indiqués en un orange lumineux. De fins liserés ou pointillés noirs compartimentent parfois les colonnes.
Régulièrement, des pavés gris clair nous apportent des éclairages sur le(s) fait(s) d'histoire relaté(s). Il peut s'agir de glossaires, de rappels historiques, ou bien d'articles connexes. L'habillage est soigné et souvent adapté au thème; on trouvera par exemple un article sur l'ère napoléonienne orné de bordures rappelant le style empire...

Une composition aérée

Le maquettage du magazine ne semble pas prioritairement pensé sous l'angle de l'économie de place. Tout élément de la composition se trouve assez espacé de ce qui l'entoure, si bien qu'il se dégage l'impression générale que tout est posé, que tout a sa place. Le lecteur s'en trouve  accueilli pour une lecture sereine... et amusante !

La forme fait écho au fond

Amusante, en effet, car les colonnes sont régulièrement égayées d'inserts en arrondis et de couleur pour rapporter une anecdote ou un détail truculent de l'histoire.

Qualité des illustrations

Fidèle à sa conception d'origine, le magazine ne lésine par sur les illustrations (reproductions ou photos) de très bonne qualité . Qu'il s'agisse de photographies d'archives, de musées ou de reproductions d'ouvrages datant du moyen-âge, le lecteur appréciera l'intensité des couleurs et la netteté du grain. En fait d'illustrations, on notera aussi la présence pertinemment dosée de l'infographie et de la cartographie.

8/10

Contenus / Apports

Traitement des sujets l Réflexion et analyse l Cohérence globale l Apports en termes de connaissance(s), de réflexion, de citoyenneté

Fidèle aussi à sa devise, le magazine met systématiquement en parallèle l'histoire passée avec l'histoire en train de se faire. Le passé vient éclairer l'actualité qui interroge à son tour ses origines. L'histoire que nous retrace malicieusement ce magazine ne s'arrête cependant pas aux frontières franco-françaises...

De l'Antiquité à l'actualité (et vice-versa)

L'axe historique sur lequel s'étend Historia est très large. Il nous fait voyager depuis l'Antiquité à l'histoire moderne et contemporaine. Les thèmes sont généralement liés à des rappels commémoratifs ou à des dates anniversaires du moment (en France et dans le monde). L'actualité s'y invite donc, mise en lien de façon très pertinente avec les pans d'histoire abordés.

Les histoires dans l'histoire

La volonté pédagogique du magazine transparaît dès les premières pages. Le style employé dans la plupart des écrits s'apparente à celui du roman historique. Le présent de narration, ponctué de futurs antérieurs, nous plonge directement dans l'époque choisie. Ce style narratif n'est pas sans rappeler celui du grand Alain Decaux, qui a d'ailleurs en son temps collaboré à l'édition...
Les contextes et enjeux historiques complexes sont illustrés d'anecdotes ou de faits amusants relatés et documentés avec une précision remarquable. Ainsi, dans un dossier consacré à la politique menée par le Tsar Pierre Le Grand, le lecteur apprend que pour porter une barbe sous le règne du despote, il aurait dû - au risque de se la faire raser manu militari - s'acquitter d'une taxe indexée à son statut, matérialisée par un rouble...barbu!
Les glossaires et les encadrés rappelant le contexte historique participent également de cette volonté pédagogique.On regrettera simplement l'absence d'une rubrique de références qui permettrait au lecteur chevronné d'aller plus loin. Un index recensant les ouvrages évoqués au long des articles serait aussi le bienvenu...et quid  du traditionnel courrier des lecteurs?

Rubriques

Le magazine compte 5 rubriques diversifiées dans leur forme et leur contenu. Elles sont ponctuées de quelques chroniques et d'opinions de spécialistes renommés. Les domaines recouvrent essentiellement la géopolitique, la socio-politique ou la sociologie historique.

L'Evénement : 

Ce dossier de 8 pages est consacré à un fait d'actualité nationale ou internationale et retrace les événements historiques qui y ont conduit. Il peut s'agir de la situation politique en Corée du Nord, suite aux menaces nucléaires proférées par le dictateur en place. Tout comme il peut s'agir de la figure mythique et historique de Jeanne d'Arc, convoquée dans le discours des hommes politiques en période pré-électorale.

Mémento :

5 pages traitant d'actus du monde entier, de dossiers inédits parfois en collaboration avec les archives nationales. Ce Mémento se termine par la chronique mensuelle d'Emmanuel de Waresquiel, Docteur en histoire, spécialiste de la France du XIXe siècle.

Dossier :

15 pages de reportages et d'analyses sur un thème faisant écho à celui traité dans L'événement ou bien à un autre fait de l'actualité. Le lecteur plonge dans les origines historiques du présent et peut se délecter d'amusantes intrigues au détour d'un encadré. Ce dossier retranscrit également un entretien avec un spécialiste (parfois étranger) apportant un autre regard sur les enjeux de l'actualité. Un historien-chercheur ou un journaliste spécialisé y est parfois convoqué pour s'exprimer dans une opinion.

Récits :

Au fil de ces 15 pages, nous (re)découvrons des lieux (bâtisses ou villes), des portraits ou des traditions admirablement mis en récits par la plume d'historiens et de chercheurs. Le lecteur y appréciera le soucis du détail historique et les références à des ouvrages littéraires ou spécialisés, modérément distillées.

La Culture dans tous les médias

Historia affiche une volonté très marquée de s'adresser à un lectorat diversifié. De fait, les dernières pages du magazine présentent un dossier Culture dont on ne peut qu'apprécier l'étendue de l'offre et la place faite aux nouveaux médias. On notera, en parallèle, la présence de publicité exclusivement culturelle à l'intérieur du magazine.
Les actualités culturelles sélectionnées vont de la publication d'essais à la BD historique sans oublier le polar. Le jeu vidéo non plus, n'est pas de reste, axé sur l'histoire...La rubrique Écrans, lui ménage une place respectable parmi les suggestions.   

Culture au sens large

De la table de jeu à celle de la cuisine, la Culture est partout où l'homme y construit l'histoire. Les cruciverbistes et les gastronomes ont de quoi se régaler dans les pages documentées que le magazine consacre à l'histoire des traditions culinaires françaises. Historia nous incite aussi à partir à la découverte de sites historiques en Europe et dans le monde, en insérant sous son article dédié un petit guide pratique de voyage.

5/5

Ligne éditoriale

Neutralité l Positionnement politique l Valeurs véhiculées l Engagements

 La ligne éditoriale forte du magazine est, on l'a dit, la vulgarisation de l'histoire. Au-delà de cette volonté, c'est avant tout un engagement -inhérent à l'historien- qui se manifeste : rappeler au devoir de mémoire. Cet engagement s'inscrit inévitablement dans un combat que le magazine mène avec détermination ; le combat contre toute forme de mensonges sur l'histoire.

Vulgarisation de qualité

Chez Historia, vulgariser n'est pas du tout synonyme de niveler par le bas, bien au contraire. Les thèmes sont pointus, recherchés et bien approfondis. Par sa manière de traiter les sujets, par la présence de glossaires, d'une riche iconographie et de quelques références bibliographiques, l'on sent bien qu'Historia s'adresse à un lectorat exigeant et désireux d'apprendre. En témoigne également l'agenda culturel qui met en avant conférences et expositions de grande qualité, tout autant que les rendez-vous avec l'histoire sur des médias de choix  tels qu' Arte, France Culture ou France Inter.

Pédagogie de l'amusement

La vulgarisation de l'histoire, passe avant tout par une mise en forme ludique des sujets. Si les thèmes sont traités avec sérieux, il n'en sont pas moins truffés de tournures amusantes. Les chapeaux d'articles osent les jeux de mots et interrogent l'histoire de façon humoristique, parfois provocatrice. Ainsi, tout lecteur, amateur confirmé ou simple intéressé, est  invité à découvrir ou à approfondir avec plaisir des pans de notre histoire...

Une ouverture au monde

...et de l'histoire mondiale ! Car les thèmes traités ne se limitent pas, loin s'en faut, à la seule histoire franco-française ni même européenne. (cf. contenu). Cette ouverture, très appréciable, se retrouve également dans l'agenda culturel qui ne donne pas uniquement dans le franco-parisien. Il étend ses sélections à des événements culturels (musées, expos, conférences...) ayant lieu dans la France entière et même outre-Manche.

Rigueur historique et transparence

La rigueur et la justesse semblent être les mots d'ordre du magazine. Les éditos d'Eric Pincas se prononcent d'ailleurs explicitement en faveur d'un combat à l'endroit des contre-vérités « non par une volonté polémique gratuite, mais par soucis de rigueur historique salutaire » ( N° 830). Ainsi, la rédaction procède régulièrement à plusieurs voix à des réajustements sur des dires ou des écrits erronés sur la place publique.  Elle défait aussi volontiers les mythes tenaces véhiculés dans notre société.

Les auteurs, par exemple, ne manquent pas de réagir avec ironie à certaines convocations abusives de Jeanne d'Arc, faites par des politiques en 2016 (N°839). Les abus relevés font systématiquement l'objet de rectifications et d'éclairages sur le contexte historique.

On appréciera aussi la grande vigilance dont fait preuve le magazine envers une certaine forme de vulgarisation... S'il la prône, alors pas n'importe comment ni à tout prix! Dans un article, «Un intrus chez les historiens » ( Lorànt Deutsch) se fait fermement épingler. Historia  procède là au décryptage de sa « méthode » et s'allie aux universitaires pour mettre en garde le lecteur contre une   « vision réductrice » de l'histoire. (N°838)

Bref, les exemples sont nombreux où le magazine dénonce ce qui est proféré à tort comme vérité historique. Mais il ne manque pas non plus de dénoncer le verrouillage organisé de certaines archives qui peut entraver les investigations et la recherche des historiens. Authenticité et rigueur scientifique ; L'engagement de la rédaction est manifeste. C'est là une marque de grand professionnalisme...qui n'aura pas échappé aux abonnés.

Par Aude Tessier
Sémantique, culture et médias

Evaluation finale

Les Plus

Vulgarisation historique de qualité

Goût pour la vérité historique

Ouverture au monde

Les Moins

Il manque juste :

un index de références

et le courrier des lecteurs

La note finale
18/20
Note finale de la rédaction
Les internautes
19/20
Moyenne des 4 note(s) d'internautes
Votre note
/ 20