Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

Le système Hanouna

Cyril Hanouna a construit, au fil des années, un véritable empire de la production audiovisuelle. Sa société de production H20, filiale du groupe Banijay, produit environ 850 heures de programmes annuels, en hausse de 25% depuis 2 ans... 

Le système Hanouna


Partie n°3 : Hanouna, la toute puissance tyrannique?

Qui est le vrai Hanouna ? Le chef de bande déconneur qui fait la joie des fidèles de TPMP ou un despote qui n’hésite pas à humilier ses chroniqueurs et à tyranniser les techniciens ? Éléments de réponse(s).

Sur le plateau, en direct, « Touche Pas à Mon Poste » reprend un principe vieux comme le monde (du spectacle). Ou presque. Celui du tandem du clown blanc et de l’auguste apparu au cirque à la fin du XIXe siècle. D’un côté un personnage bien maquillé, presque sérieux, ou plutôt pince-sans-rire. De l’autre un joyeux drille vêtu à l’as de pique, avec son nez rouge, qui devient peu à peu le souffre-douleur du premier.

A l’antenne, Hanouna endosse volontiers les deux rôles. Mais se garde toujours le meilleur pour la fin. Il arrose mais n’est jamais arrosé. Il choisit ses victimes avec soin.

« Hanouna est le pervers narcissique par excellence. Il humilie la victime, mais la rend dépendante de lui. «Tu m’aimes encore plus», dit Hanouna, juste après avoir dit «connard». Il la repousse, et la reprend. Il l’avilit, puis la relève. Il la manipule à son gré, chaque fois un peu loin dans l’abjection. Il fait en sorte que l’autre soit le coupable, et organise la mise en scène en ce sens » analyse Claude Askolovitch à propos des brimades subies par Matthieu Delormeau (caméras cachées humiliantes, nouilles dans le slip et autres grands moments de télé made in Hanouna).

Voilà pour ce que près de deux millions de fidèles _ des « fanzouzes » pour beaucoup, comme les nomme le roi baba _ regardent chaque soir.

Mais qu’en est-il une fois lancé le générique de fin ? Qu’en est-il dans la « vraie » vie, avant ou après les émissions ?

En mars 2016, l’animateur-producteur fait l’objet d’un long portrait dans le magazine Society. Il y est fait mention d’une « atmospshère délétère » au sein de l’équipe de TPMP, et l’enquête n’est pas tendre. On y lit que ce cher (très cher…) Cyril a déjà pu  « déféquer dans les pompes d'un chroniqueur, uriner dans la poubelle de la productrice ou dans le verre du rédacteur en chef, attendant que ce dernier y trempe les lèvres». Sous couvert d’anonymat, un chroniqueur « historique » convient même : « Plus personne n'a envie de faire TPMP. Chaque soir, on y va en traînant des pieds parce qu'on sait que quelqu'un en plateau va se prendre une plume dans le cul».

Mal aimé, tel Jacques Martin (sic)

Évidemment, à l’antenne, Hanouna nie. Et reçoit le soutien de ses chroniqueurs alors qu’une sorte de chasse à la taupe (qui a parlé aux journalistes de Society) se met en branle en interne et sur les réseaux sociaux.

C’est à la même époque (mars 2016) que Sophie Tissier, une intermittente qui était intervenue à l’antenne pour se plaindre d’une baisse des salaires gagne en appel contre la chaîne. Elle aussi charge Hanouna sur compte Facebook. « Il faut aussi savoir que les techniciens de la régie sortent régulièrement en pleurs des émissions #TPMP (et) que des collectifs se sont mis d'accord pour refuser de travailler avec eux ! Le planning a toutes les peines du monde à trouver des gens qui acceptent de se faire humilier insulter par la direction de prod ou les red chef de H2O ou Hanouna lui-même. »

Il y a encore « l’affaire Bertrand Chameroy ». Un chroniqueur fidèle, souvent tête de Turc, qui avait fini par dire un soir en direct qu’il avait décidé de jeter l’éponge. C’était également quelque temps après la bombe « Society ». Mais désormais sur W9, il explique simplement : « J'avais parfois l'impression de proposer du vide. Quand je venais parler du string de Kim Kardashian, je me sentais dévalorisé. D'où ma décision d'arrêter. »

Mais il y aussi des témoignages moins sévères. Thierry Moreau, par exemple, est beau joueur. Par ailleurs rédacteur en chef de Télé 7 Jours, le chroniqueur dit de Baba : « Il n'a pas la grosse tête, il a les pieds sur terre. Je ne me mets pas la corde au cou chaque soir ! En revanche, il y a de l'exigence. Oui, il peut mettre à la poubelle 40% du conducteur deux heures avant l'émission... »

Et en direct, il ajoute : « On peut s’engueuler, ça arrive, mais je viens avec plaisir. » Et de conclure en substance : « Il vous arrive ce qui est arrivé avec Jacques Martin, lui aussi meneur de bande. On le disait tyrannique, et puis maintenant... »

Pauvre Cyril. Seul le temps effacera l’injuste cabale dont il est victime…

Par Philippe Mellet
Enquêtes, investigation