Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

Le système Hanouna

Cyril Hanouna a construit, au fil des années, un véritable empire de la production audiovisuelle. Sa société de production H20, filiale du groupe Banijay, produit environ 850 heures de programmes annuels, en hausse de 25% depuis 2 ans... 

Le système Hanouna


Partie n°1 : Des profits monumentaux

Cyril Hanouna produit des émissions à bas coût facturées à prix d’or à Vivendi. Daprès nos calculs, les marges obtenues par H2O, la société de production détenue par lanimateur, flirtent avec les 50%. Chaque année, ce sont près de 25 millions deuros de marge brute qui viennent enrichir la fortune déjà colossale du système Hanouna...

Mardi 18 octobre 2016. Dans son émission quotidienne sur C8, Cyril Hanouna pointe du doigt Stéphane Guillon qui touche 10 000 euros par chronique dans « Salut les terriens », le talk-show hebdomadaire de Thierry Ardisson. Comme si l’homme-orchestre de « Touche pas à mon poste » avait voulu ainsi… « se payer » son ancien collègue (ils ont travaillé ensemble sur Comédie).

Mercredi 19 octobre. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, Guillon réplique du tac au tac, indiquant faire pâle figure en regard des 50 millions annuels décrochés par Cyril Hanouna auprès de Vivendi, propriétaire du groupe Canal et donc de la chaîne où officient les deux trublions…  « Chapeau bas, Baba ! » (surnom de Hanouna) conclut même Guillon après s’être moqué de l’esprit « corporate » de son homologue, qui défend Morandini à l’antenne en plein conflit au sein de iTélé…

Et au passage de mettre en garde celui qu’il nomme aussi « le Parrain ». Il n’est pas bon, persifle Guillon, de mettre en cause les qualités de gestionnaire de Vincent Bolloré ! Reste que les deux hommes ne parlaient pas vraiment de la même chose...

Les cachets des chroniqueurs (qui oscillent selon les chaînes de quelques centaines à quelques milliers d’euros par émission) n’ont rien à voir avec les contrats noués entre les chaînes de télévision et les sociétés de production. Selon nos calculs, l'animateur se verse plusieurs centaines de fois ce que touchent ceux qui co-animent les émissions avec lui... 

de fait, les émissions de H2O comptent parmi les moins chères du PAF en terme de coût réel de production, autrement dit de fabrication. Des chroniqueurs autour d’une table dans un studio appartenant à la chaîne, et des images de zapping. En moyenne, une base de 50 000 euros pour une émission de deux heures.

Les bons comptes de H2O et de Hanouna

Pour évaluer les marges, nous avons estimé le coût de chaque programme facturé à Vivendi. Voici les résultats des calculs :
15 millions d'euros pour les 225 quotidiennes de TPMP ; 2,5 millions d'euros pour la vingtaine de « prime » de TPMP ; 4,5 millions d'euros pour l’hebdo Hanouna Show (Canal +). Soit un total d'environ 22 millions d'euros.

Il en ressort une marge brute d'environ 28 millions d'euros qui représente 56% du chiffre d'affaires ; un record ! Et ce n'est pas fini, les spécialistes estiment que le coût de production inclut déjà une marge de 25 %, on frôle alors les 65% de marge sur le chiffre d'affaires. Chapeau bas, Baba...

Notons, pour mémoire, que le précédent contrat de H2O (19 millions d'euros par an) assurait déjà des marges significatives. On imagine donc les bénéfices monumentaux que représente ce dernier contrat.

On est pas très loin de l'indécence et de ce qui choque désormais de nombreux français ; l'opulence d'un petit système composé d'ultra-riches des médias, sans éthique particulière, qui exploitent sans vergogne des salariés et collaborateurs payés 100 ou 200 fois moins que ceux-ci (cf 2ème épisode de l'enquête sur le "Système Hanouna").

Itinéraire d’un enfant (qui sait se) gâter

Et quand, à l’automne 2015, il parvient effectivement à négocier un contrat de 50 millions annuels avec Vivendi (pour au moins 5 ans), après que Vincent Bolloré décida lui-même de conduire les discussions avec l’animateur courtisé par TF1 et M6, c’est l’aboutissement d’un parcours sans faute.

2007 : avec F2H, Hanouna créée une première société pour produire ses émissions. Ses associés sont Virginie Foucault (la fille de…) et Bertrand Houard. D’où l’appellation.

2010 : exit F2H, ecce H2O Production. Et surprise, c’est déjà un Bolloré (Yannick, le fils de…) qui en est le premier dirigeant, actionnaire majoritaire (51%). Les programmes sont alors diffusés sur France 4.

2011 :  Cyril Hanouna reprend un temps les rênes de la société après que Bolloré lui a cédé ses parts.

2012 : Hanouna vend H2O 92 % à Banijay Group (le groupe international de Stéphane Courbit) dont Vivendi… possède un quart du capital. L'animateur reste néanmoins pilote de la société et en anime la directio stratégique. 

Pourquoi alors avoir déboursé 50 millions par an ? Le groupe Vivendi investit dans une filiale dont l’un des fils Bolloré est co-actionnaire. C’est pratique d’être juge et partie, d’enrichir la famille avec la trésorerie du groupe d’audiovisuel construit depuis une vingtaine d’années (entre autre par Pierre Lescure).

Par Philippe Mellet
Enquêtes, investigation