Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

Bayrou était démoralisé par son Guignol


Actu du Vendredi 17 Mars

Bayrou était démoralisé par son Guignol

François Bayrou ne sera ni candidat à la présidentielle, ni aux élections législatives cette année. Du coup, le président du MoDem n’hésite pas à livrer ses sentiments aux quatre vents…

Dans le documentaire “Moi candidat”, dont la diffusion est programmée le 5 avril sur Canal+, l’homme politique confie une certaine amertume envers Les guignols de l’info; une confidence qui pourrait prêter à sourire, si sa sincérité n’exprimait pas un réel malaise provoqué par l’émission satirique emblématique de la chaîne privée.

“Les ados me disaient “Mais, euh…” dans la rue”

Selon l’Obs, François Bayrou a été profondément marqué par l’image que renvoyait son double en latex. L’anecdote qui a tout déclenché remonte à plus de 15 ans quand, à l’approche de  la présidentielle de 2002, le futur candidat constate que les adolescents l’interpellent par des “Mais, euh..”dans la rue, l’expression favorite de sa marionnette.

Visiblement peu concerné par le programme à l’époque, le maire de Pau s’est alors isolé en pleine nuit pour visionner plus d’une heure d’images. Une compilation des séquences de son double qui l’aurait plongé dans une profonde déprime, tant il refusait d’admettre qu’il puisse être dépeint de cette façon : un personnage politique aux ambitions bien trop grandes pour ses épaules, en décalage avec la réalité, soumis et quelque peu benêt sur les bords.

“J’ai eu envie d’arrêter”

 

"C'est le seul moment de ma vie politique - il était deux heures du matin - où j'ai eu envie d'arrêter" va même jusqu’à déclarer François Bayrou dans ce documentaire!

S’ils ont peut-être participé (à leur manière) à l’élection de Jacques Chirac en 2002, Les Guignols auraient ainsi pu être responsables de l’abandon de la carrière politique de Bayrou. Une illustration de la pertinence et de la portée de ce programme il y a quelques années, mais ça, c’était avant...



D'autres brèves récentes...