Bienvenue sur France Médias
Découvrez le site, ses contenus et son équipe dans Informations (à droite du menu)

A la bonne heure
RTL

 

De 11h à 12h30

 

Du lundi au vendredi



Évaluation A la bonne heure

“ Leadership plutôt mérité ”

Recruté par RTL à la rentrée 2011, Stéphane Bern avait gardé dans sa valise le concept du Fou du roi, dont il avait assuré la production et l’animation pendant onze ans sur France Inter. Toujours en balance entre le divertissement et l’infotainment, A la bonne heure a fêté depuis sa millième diffusion (en mars 2016), et la formule fait les beaux jours de la station.

Le public a donc suivi l’animateur et sa bande de joyeux chroniqueurs sur la radio concurrente, dans une tranche horaire spécifique où doivent subtilement se mêler l’actualité et l’humour. Dans ce domaine, A la bonne heure garde une marge d’avance sur La bande originale de Nagui (France Inter) et les Grandes gueules (RMC), boosté également par la locomotive que représente Julien Courbet (Ca peut vous arriver) qui lui passe le relais dès 11h.

5/6

Animation / Conduite

Orientation du programme l Qualité de la langue l Distribution de la parole l Neutralité l Tonalité et esprit véhiculé

Le pari était hautement risqué pour Stéphane Bern, installé sur le trône de France Inter depuis plus d’une décennie. Et la réussite de celui qui multiplie les casquettes n’en est que plus admirable.

La radio, une seconde peau

Journaliste de presse écrite, (Dynastie, Voici, Jours de France, Madame Figaro), présentateur emblématique de télévision sur le service public depuis 2006 (actualité des têtes couronnés, émissions ponctuelles, Eurovision,Villages et Monuments préférés des français…), ou encore auteur d’une quarantaine d’ouvrages sur l’histoire de la monarchie entre 1988 et 2016, l’homme sait parfaitement mettre en valeur son sens de l’humour derrière un micro. 

Stéphane Bern lors de la 1000ème émission

Avec cette éloquence si particulière, capable de ressusciter les grandes expressions de l’aristocratie, tout en assurant le fonds de commerce des meilleurs imitateurs, Stéphane Bern est un cas à part, que l’on prend autant plaisir à moquer gentiment, qu’à écouter sérieusement.

Capable de ressusciter les grandes expressions de l’aristocratie, tout en assurant le fonds de commerce des meilleurs imitateurs

Imperturbable orateur abonné à l'excellence grammaticale, il est capable d’associer au sein d’une même phrase, le convenable et l'irrévérencieux. Une grossièreté semblera ainsi toujours plus élégante dans sa bouche, qu’un mot doux dans celle de beaucoup d’autres…

Bienveillance et autodérision

L’un de ses secrets est sans doute d’être passé maître dans l’art de autodérision, il peut tout entendre, de la part de tout le monde, à commencer de ses chroniqueurs dont il est le premier souffre-douleur.

Toujours bienveillant, voir complaisant, à l’égard de ses invités, il est rarement pris à défaut sur leur actualité ou leur parcours, parvient rapidement à mettre à l’aise ses interlocuteurs, et prépare minutieusement ses interviews.

5/7

Contenus / Apports

Descriptif et traitement des sujets l Cohérence globale l Apports en termes de connaissance(s), de réflexion, de citoyenneté

Avant de céder sa place à la cession d’information de RTL, A la bonne heure se consacre presque exclusivement à l’actualité culturelle, non sans proposer un journal complet à midi.

L’invité

Véritable fil rouge, l’invité du jour n’est pas un faire-valoir ou un témoin passif, mais bien une matière première pour un programme qui lui offre un accueil et des rubriques personnalisées. Les premières minutes lui sont entièrement consacrées, par l’intermédiaire d’un bref portrait assuré par Stéphane Bern.

Ce fut le cas ces dernières semaines pour les comédiens Benoît Poelvoorde, Fred Testot ou Clémentine Célarié, l’écrivain Grégoire Delacourt, les musiciens Francis Cabrel et Thomas Dutronc, le philosophe Bernard-Henry Lévy, ou encore Anne Hidalgo et Martine Aubry dans un registre plus politique.

Une partie de l'équipe autour de la table de l'émission

Autant de personnalités dont la présence dans l’émission est liée à une actualité immédiate, et que les auditeurs pourront apprendre à connaître par l’intermédiaire de nombreuses anecdotes soulevées par les chroniqueurs ou lors de l’interview “C’est vrai que…”.

Le tour du web avec Cyprien Cini

La fin du monde dans quelques jours, un homme né en 1033… les pépites du web sont dénichés par Cyprien Cini. Plutôt originales, elles possèdent le mérite la plupart du temps de ne pas déjà avoir été traitées par d’autres émissions de radio ou de télévision. Une séquence assez fraîches et bien présentée.

Les animaux de Marc Giraud

Naturaliste de terrain, journaliste spécialisé en zoologie et écrivain, Marc Giraud explique la magie du monde animal au quotidien, au sein d’une rubrique sérieuse et efficace, qui dérape sciemment grâce à la créativité des autres chroniqueurs, mais dont la substance première  est tout à fait pédagogique.

Le zapping télé d’Eric Dussart

Grivois, voire trivial, Eric Dussart est à l’origine d’un zapping télé commenté qui épingle les travers du petit écran. On s’y moque des candidats de télé-réalité et de ceux de tous les jeux en général. On se gausse des quiproquos et des langues qui fourchent, et la rubrique permet également de fouiller dans les archives à la recherche des casseroles de l’invité du jour. Eric Dussart y fait preuve d’un sens aigu de la répartie et de l’enchaînement.

La vie de Bern, par Régis Mailhot

On vous avait prévenu: Stéphane Bern est souvent la tête de Turc de l’émission, et son vieux complice Régis Mailhot se charge d’assumer le rôle de bourreau. Savoureusement décalée, écrite avec talent, La vie de Bern est devenu un épisode radiophonique qui mêle l’histoire lointaine, et fictive, à l’actualité réelle. Un exercice de style maîtrisé, qui soulève l’hilarité du plateau et du public, agrémenté d’imitations toutes aussi délirantes.

Patrice Carmouze en musique

Pour terminer l’émission, l’inamovible Patrice Carmouze, assez discret jusqu’ici, à la charge de proposer un blind test musical autour d’un thème (inspiré par l‘invité). Le jeu se pratique en équipes, et permet à deux auditeurs de gagner un cadeau.

Les autres rubriques

En marge des rubriques de l’émission que vous pouvez retrouver au quotidien, d’autres chroniqueurs assurent des passages plus irréguliers dans l’émission. C’est le cas d’Elie Sémoun tous les mardis depuis la rentrée, avec un canular téléphonique ; de Joëlle Goron et ses “mauvaises humeurs” ; de Stéphane Blakowski, dont “l’info de Blako” pourrait vous faire penser à “l’édito de Blako” dans Salut les terriens; ou encore d’Edouard Dutour pour “Le tour des people”, et l’interview au téléphone d’un invité surprise.

2/3

Réalisation / Montage

Qualité de la réalisation, du montage l Rythme impulsé l Pertinence des extraits sonores, des transitions l Habillage sonore

Enregistrée en direct, A la bonne heure ouvre ses portes tous les jours à un comité restreint d’une petite vingtaine de personnes. De quoi contribuer au dynamisme de l’émission, sans avoir recours au traditionnel chauffeur de salle et aux applaudissements convenus…

Le studio de l'émission et la régie technique

Entrecoupé de nombreux morceaux musicaux, le programme est bien réalisé dans l’ensemble, mais souffre de trop nombreuses coupures de publicité dont se plaignent constamment les auditeurs sur les réseaux sociaux. Dommage.

3/4

Impression générale

Atmosphère l Ambiance l Fluidité l Objectivité du programme l Eveil, élévation l Respect de l'auditeur

Une équipe cohérente aux automatismes bien rodés, des rubriques justes, délirantes ou ludiques, et des invités dans leur assiette qui jouent le jeu. A la bonne heure propose un divertissement de bonne qualité, qui offre entre deux fous rires la possibilité d'une découverte satisfaiante des invité(e)s. .

 Que demandez de plus finalement, si ce n’est une meilleure visibilité des séquences sur l’ensemble de la semaine (certaines font leur apparition de façon trop aléatoire); un choix “artistique” de la part de RTL qui a souhaité diminuer le nombre de chroniqueurs à la rentrée 2016, et évincer tous ceux qui ne participaient pas à l’intégralité de l’émission. Didier Porte, notamment, en sait quelque chose...

Par Bruno Scappaticci
Sport, divertissement et musique

Evaluation finale

Les Plus

L’animation

L’équipe de chroniqueurs

L’ambiance.

Les Moins

Trop de coupures pub

Certaines rubriques aléatoires

La note finale
15/20
Note finale de la rédaction
Les internautes
20/20
Moyenne des 5 note(s) d'internautes
Votre note
/ 20